Actualité culturelle | News 24

France : Davantage de femmes et d’enfants renvoyés des camps de l’EI en Syrie

Commenter

PARIS – La France a rapatrié mardi un autre groupe de femmes et d’enfants des anciennes zones contrôlées par le groupe État islamique en Syrie, le dernier retour de ressortissants français qui avaient été bloqués dans des camps là-bas, surveillés avec méfiance par Paris.

Le groupe était composé de 32 mineurs et de 15 femmes majeures, a indiqué le parquet national antiterroriste français. Il a indiqué que les femmes, âgées de 19 à 56 ans, étaient détenues – certaines sur la base de mandats d’arrêt précédemment émis contre elles. Les enfants ont été confiés à des services de protection.

Les rapatriés avaient auparavant été détenus dans un camp tentaculaire, misérable et anarchique dans le nord-est de la Syrie qui abrite des dizaines de milliers de femmes et d’enfants, selon les autorités kurdes de la région.

Environ 50 000 Syriens et Irakiens sont entassés dans des tentes dans le camp clôturé d’al-Hol. Près de 20 000 d’entre eux sont des enfants ; les autres sont pour la plupart des épouses ou des veuves de combattants de l’EI.

Le camp dispose également d’une annexe séparée, fortement gardée, qui abrite 2 000 femmes de 57 autres pays et environ 8 000 de leurs enfants.

Avant le dernier rapatriement, les autorités kurdes ont rencontré lundi une délégation française dans la ville de Qamishli, dans le nord-est de la Syrie.

La France a rapatrié des femmes et des enfants des camps du nord-est de la Syrie par vagues successives depuis la défaite territoriale de l’EI en 2019.

De nombreux pays européens ont été lents à autoriser le retour des femmes et des enfants des zones où l’EI opérait, de peur qu’ils ne se retournent violemment contre leur pays d’origine.

La France a vu plus de ses citoyens rejoindre l’EI en Syrie que tout autre pays européen, et s’est particulièrement méfiée de leur retour.

Les autorités ont insisté pour rapatrier les citoyens et leurs enfants au cas par cas, une procédure longue et lourde qui a été critiquée à plusieurs reprises par les groupes de défense des droits de l’homme. Les autorités françaises ont également insisté pour que les adultes, hommes et femmes qui ont combattu avec l’EI, soient poursuivis dans le pays où ils ont commis des crimes.

Les autorités françaises se méfient également des enfants des combattants de l’EI. S’adressant le mois dernier aux législateurs, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a décrit les enfants venant de Syrie comme des “lionceaux” du soi-disant califat islamique que l’EI a déclaré sur le territoire qu’il contrôlait autrefois. Les commentaires du ministre semblaient suggérer que certains enfants pourraient ne pas être fidèles à la France.

« D’une part, ces enfants ne sont pas responsables des choix criminels de leurs parents. En revanche, une vigilance absolue s’impose », a déclaré le ministre.

“Notre crainte est que ces enfants, en grandissant, puissent être récupérés par des groupes terroristes”, a-t-il déclaré.

S’exprimant avant le retour du dernier groupe, le ministre a déclaré que 270 enfants avaient été rapatriés – et que près des trois quarts d’entre eux avaient moins de 10 ans.

Le rapatriement vers la France est intervenu quelques jours après qu’un juge fédéral canadien a ordonné à Ottawa d’aider à ramener chez eux quatre hommes canadiens détenus dans des camps syriens. L’Espagne a également annoncé ce mois-ci le rapatriement de deux femmes et de 13 enfants de camps en Syrie.

Après la montée de l’EI en 2014 et sa déclaration d’un soi-disant califat islamique dans certaines parties de la Syrie et de l’Irak, des milliers d’hommes et de femmes sont venus du monde entier pour rejoindre le groupe extrémiste. L’EI a perdu la dernière bande de terre qu’il contrôlait autrefois dans l’est de la Syrie en mars 2019, mais depuis lors, ses cellules dormantes ont été accusées d’attaques meurtrières en Syrie et en Irak.

Les agences humanitaires et les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes ont exhorté la communauté internationale à rapatrier ses ressortissants d’al-Hol et d’autres installations en Syrie, alors qu’ils luttent pour maintenir la sécurité dans les camps au milieu des craintes sécuritaires.

Hogir Al Abdo a rapporté de Qamishli, en Syrie.

Une version précédente de cette histoire a été corrigée pour montrer que l’orthographe de la ville syrienne est Qamishli, et non Qamilishi.

Articles similaires