Dernières Nouvelles | News 24

COVID : Ont. les mandats empêchent certains d’aider l’hôpital à craquer

Environ 160 infirmières, préposés aux services de soutien à la personne et techniciens de la santé vétérans, ainsi que leurs familles, se sont réunis dans une salle paroissiale de Port Perry, en Ontario, en personne ou par vidéoconférence, par un après-midi enneigé samedi dernier.

Ces personnes en détresse ont un message pour les patients en attente de soins de santé dans la province : nous voulons travailler en première ligne, mais nous sommes exclus.

“Je suis prête, disposée et capable de travailler”, a déclaré Lori Turnbull à CTV National News. Mais personne ne l’embauchera.

L’homme de 58 ans a déjà travaillé en chirurgie et en réadaptation, mais il a été renvoyé il y a un an d’un hôpital de London, en Ontario, après une carrière de 30 ans.

En fait, tous les travailleurs de la santé de ce public inhabituel ont été licenciés après avoir refusé de se faire vacciner deux fois contre la COVID-19 en 2021, comme l’exigent les 140 hôpitaux publics de l’Ontario et certaines maisons de soins infirmiers et maisons de retraite.

“J’ai travaillé à l’urgence … pendant 20 ans”, a déclaré Casie Desveaux, une infirmière de Hamilton, en Ontario, à CTV National News. “Je me suis consacré à ce travail.”

Elle dit maintenant qu’elle travaille dans un bureau pour son frère. Elle sait que son hôpital manque cruellement de personnel.

“Je m’inquiète … pour le personnel qui est là … C’est très effrayant”, a-t-elle déclaré.

Le groupe au rassemblement de l’église veut que les Ontariens sachent qu’il y a des travailleurs de première ligne expérimentés qui veulent retourner au travail mais qui sont bloqués par les politiques de vaccination imposées par les hôpitaux de la province, bien que l’Ontario lui-même n’exige pas que les travailleurs de la santé soient vaccinés.

“Je pense que les gens savaient que nous avions été licenciés ou licenciés”, a déclaré Anna Luxton, qui travaillait comme infirmière d’urgence, à CTV National News. «Mais je pense que depuis que la province a déclaré avoir levé les mandats en mars dernier, [people] pensé que nous serions retournés au travail. Et la réalité est que nous ne l’avons pas fait.

Depuis qu’elle a été forcée de quitter les soins de santé, Luxton a travaillé dans une ferme laitière et comme serveuse, mais dit vouloir retourner aux soins de première ligne.

Le Québec, l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador et le Yukon n’exigent plus que le personnel de santé se fasse vacciner contre la COVID-19.

Lors d’une séance d’information en février, le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, Kieran Moore, a déclaré qu’il était temps d’envisager de supprimer les politiques de vaccination dans différents secteurs.

“Ils ont atteint leur objectif”, a déclaré Moore. “Ils doivent être retirés en temps opportun.”

Cependant, bien que l’Ontario ait abandonné son mandat du secteur de la santé en mars, l’Association des hôpitaux de l’Ontario (OHA) continue de recommander le maintien des politiques de vaccination obligatoire dans les 140 hôpitaux publics de la province.

Les responsables provinciaux disent que les hôpitaux peuvent tracer leur propre voie à cet égard.

« Comme le prévoit la Loi sur les hôpitaux publics, les administrateurs d’hôpitaux sont responsables de la gestion quotidienne de leurs hôpitaux, y compris des politiques liées aux ressources humaines », a déclaré Bill Campbell, coordonnateur des relations avec les médias pour le ministère de la Santé de l’Ontario, à CTV National. Nouvelles dans un communiqué envoyé par e-mail.

Lors de la réunion de l’église, une infirmière a expliqué que son ancien établissement de santé manquait récemment de 64 employés.

“Et nous voici?” dit-elle.

Plusieurs autres agents de santé qui ont pris la parole ont fondu en larmes.

“Ce sont nos carrières, notre gagne-pain… c’était notre passion”, a déclaré l’un d’eux.

Un autre a ajouté: «Ce que je trouve hypocrite, c’est que l’établissement dont j’ai été licencié est ouvert aux visiteurs non vaccinés et aux membres de la famille non vaccinés… Pourquoi ne puis-je pas retourner au travail sans vaccin?»

Il n’y a pas de chiffres officiels sur le nombre d’agents de santé qui ont été licenciés ou ont démissionné en raison des politiques de vaccination.

“Ce n’est qu’une fraction des agents de santé licenciés ou licenciés … Je suis sûr que d’autres nous auraient rejoints s’ils avaient pu”, a déclaré Helena Baker, une infirmière autorisée, à CTV National News.

L’OHA n’a pas répondu aux multiples courriels de CTV National News demandant une explication des raisons pour lesquelles elle recommande la poursuite des politiques de vaccination pour le personnel et tout raisonnement scientifique sous-jacent.

Dans une directive aux hôpitaux envisageant d’embaucher des travailleurs non vaccinés en décembre, les responsables ont écrit : « L’OHA estime que les politiques de vaccination contre la COVID-19 dans les hôpitaux de l’Ontario devraient rester en place étant donné qu’elles offrent le plus haut niveau de protection aux patients et aux travailleurs de la santé.

“Ce n’est pas une question de sécurité des patients”, a déclaré Rafael Gomez, directeur du Centre des relations industrielles et des ressources humaines de l’Université de Toronto, à CTV National News. « La sécurité des patients est compromise lorsque nous n’avons pas de travailleurs en première ligne pour faire face aux crises cardiaques, aux maladies. Cela n’a aucun sens.”

«Légalement, la province pourrait ordonner qu’il n’y ait pas de mandat, mais elle ne l’a pas fait», a déclaré l’avocate des droits de la personne Lisa Bildy à CTV National News depuis son domicile à London, en Ontario. « En Alberta, le gouvernement a en fait dit aux services de santé de l’Alberta qu’ils devaient faire revenir les travailleurs non vaccinés. Nous n’avons pas fait cela ici. Je ne sais pas trop pourquoi.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a annoncé la semaine dernière que la province importera des infirmières d’ailleurs au Canada pour aider à combler le manque de personnel dans les hôpitaux.

« Aux infirmières, aux médecins et aux travailleurs de la santé de partout au Canada : si vous songez à faire de l’Ontario votre nouveau chez-vous, c’est le moment de le faire », a déclaré Ford.

Le refus des hôpitaux ontariens d’embaucher des infirmières non vaccinées, même après l’abandon du mandat provincial de vaccination pour les travailleurs de la santé, est déroutant, selon Arthur Schafer, directeur fondateur du Centre d’éthique professionnelle et appliquée de l’Université du Manitoba à Winnipeg. .

«Sans justification de santé publique bien établie pour refuser un emploi aux travailleurs de la santé non vaccinés – à une époque de grave pénurie de personnel – les hôpitaux devraient accueillir, ou accueillir à nouveau, chaque infirmière ontarienne qualifiée et disponible», a-t-il déclaré à CTV National. Nouvelles.

“Refuser un emploi à quelqu’un, sans preuves scientifiques solides montrant qu’il présente un risque inacceptable pour la vie et la santé des patients et des collègues, est une mauvaise politique de santé publique et semble violer les droits humains des personnes concernées.”

Pendant ce temps, les agents de santé qui ont perdu leur emploi en raison de leur statut vaccinal disent qu’ils ont eu des difficultés financières, car le licenciement pour faute peut limiter l’accès aux aides sociales.

« Je ne peux pas percevoir le chômage. Je ne peux pas toucher d’aide sociale. Nous sommes laissés pour compte », a déclaré un participant au rassemblement de l’église.

Ces travailleurs de la santé pourraient travailler dans d’autres provinces, certains à un taux encore plus élevé.

“Oui, je suis contactée probablement chaque semaine”, a déclaré Anna, une infirmière autorisée chevronnée, qui a demandé à CTV National News de ne pas utiliser son vrai nom. « On m’a offert de nombreux contrats en Alberta… c’est très bien payé, mais encore une fois, est-ce que je veux laisser ma famille derrière moi? Le timing n’est pas top. »

Elle travaille plutôt dans une épicerie. D’autres déclarent travailler dans des cliniques vétérinaires, des commerces de détail et comme nettoyeurs.

L’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (AIIO) et l’Association des infirmières et infirmiers du Canada ont refusé de commenter CTV National News. Ils disent que leur objectif est de lutter pour de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires. Les infirmières qui ont refusé les vaccins ne sont pas une priorité.

Mais dans un communiqué de presse de l’ONA, des responsables ont déclaré: “Les infirmières partent en masse, invoquant le surmenage, l’épuisement professionnel, la détresse morale.”

Le communiqué ajoute que l’Ontario devrait embaucher 24 000 infirmières autorisées juste pour correspondre à une moyenne nationale sûre d’infirmières par rapport aux patients.

Articles similaires