Skip to content

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a soutenu les mesures de l'OCDE, affirmant qu'il acceptait de devoir payer plus d'impôts dans le cadre des réformes fiscales numériques proposées.

Le groupe des économies de marché libre de l'OCDE a travaillé sur une solution concernant les sociétés multinationales qui parviennent à trouver un moyen d'éviter de payer des impôts, même si cela signifie qu'elles devraient payer davantage aux gouvernements nationaux.

"Nous voulons également une réforme fiscale et je suis heureux que l'OCDE étudie la question", a déclaré Zuckerberg, ajoutant: "Je comprends qu'il y ait de la frustration quant à la manière dont les entreprises technologiques sont imposées en Europe. Nous voulons que le processus de l'OCDE réussisse afin que nous ayons un système stable et fiable pour l'avenir ».

L'année dernière, la France a imposé sa propre taxe sur les géants numériques américains tels que Facebook, Google, Amazon et Apple, en colère contre les États-Unis, qui ont condamné cette décision comme discriminatoire.

Zuckerberg doit participer à la conférence annuelle sur la sécurité à Munich, où il devrait dire qu'il accepte un nouveau système de l'OCDE pour la taxe en ligne.

«L'objectif est de faire en sorte que les entreprises multinationales exerçant des activités durables et importantes dans des endroits où elles peuvent ne pas être physiquement présentes soient imposables dans ces pays», a expliqué l'OCDE.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *