Skip to content

En mai, Jean-Bart, également connu sous le nom de «Dadou», a été provisoirement suspendu par la FIFA tandis que le comité d’éthique de l’organisation menait une enquête interne sur les allégations. Le 18 novembre, la FIFA a décidé d’interdire Jean-Bart avant de lui notifier sa décision vendredi.

La commission d’éthique de la FIFA affirme que Jean-Bart a «abusé de sa position et harcelé et agressé sexuellement diverses joueuses, y compris des mineures, en violation du Code d’éthique de la FIFA».

Dans un communiqué, la FIFA a déclaré que Jean-Bart avait été sanctionné “par une interdiction à vie de toutes les activités liées au football (administratives, sportives ou autres) au niveau national et international”. Il a également été condamné à payer une amende de 1 million de francs suisses, soit près de 1,1 million de dollars des États-Unis.

<< La procédure d'éthique susmentionnée fait partie d'une enquête approfondie concernant M. Jean-Bart, ainsi que d'autres fonctionnaires de la FHF, qui auraient été impliqués (en tant que principaux, complices ou instigateurs) dans des actes d'abus sexuels systématiques contre joueuses de football entre 2014 et 2020. La procédure est toujours pendante en ce qui concerne d'autres officiels de la FHF », a déclaré la FIFA.

LIRE: Le soutien à la maternité pour les footballeuses est salué comme une “ étape essentielle ” du match

Le porte-parole de Jean-Bart, Evan Nierman, a déclaré que son client ferait appel de la décision, affirmant dans un communiqué: «La décision de la FIFA est une parodie de justice et une décision purement politique pour éviter de nouvelles controverses et une mauvaise presse à la suite d’une série de scandales très médiatisés. Contrairement à l’Haïtien. système judiciaire qui a correctement enquêté et innocenté le Dr Jean-Bart de tout acte répréhensible, la FIFA n’a pas examiné les preuves réelles, c’est pourquoi le Dr Jean-Bart s’attend à être entièrement disculpé et réintégré après avoir fait appel au Tribunal arbitral du sport. “

Des documents judiciaires obtenus par CNN montrent que le juge haïtien Emilio Accime, qui dirigeait l’enquête pénale sur la conduite de Jean-Bart, a décidé d’arrêter la procédure et d’opter pour la clôture de l’affaire, en raison d’un “ manque de preuves ”.

Accime a déclaré dans sa décision qu’après avoir examiné «des documents que nous avons reçus de différentes parties», il a conclu que «nous ne pouvons pas poursuivre l’enquête contre le Dr Yves Jean-Bart». sans donner les raisons précises de sa décision d’arrêter l’enquête.

Accime a déclaré que la brigade de police à qui on avait demandé de retrouver les victimes des abus, la Brigade pour la protection des mineurs, avait rapporté au tribunal qu’elle n’en avait trouvé aucune. Même si les avocats des victimes avaient auparavant soumis des déclarations au tribunal détaillant le récit de leurs clients sur l’agression.

Patrice Florvilus, un avocat représentant Kri Fanm Ayiti (KRIFA), l’un des groupes de défense des droits des femmes qui ont accusé Jean-Bart d’abus sexuels, a déclaré à CNN qu’Accime avait clos l’enquête sans parler à aucune des femmes qui avaient allégué les abus ou l’audition. preuve de l’une des victimes.

Yves Jean-Bart: le chef du football haïtien interdit à vie pour abus sexuels sur de jeunes footballeurs

“La décision du juge haïtien dans l’enquête sur l’affaire d’abus et d’exploitation sexuels accusant le président de la Fédération haïtienne de football, est une véritable honte pour le système judiciaire haïtien”, a déclaré Florvilus à CNN.

Florvilus dit que l’un de ses clients a été convoqué pour témoigner le 23 novembre, mais le juge a clos l’affaire avant que la cliente ait eu la chance de témoigner.

Visitez CNN.com/sport pour plus d’actualités, de fonctionnalités et de vidéos

Vendredi, l’ambassade des États-Unis en Haïti a répondu à la décision de la FIFA dans un tweet, déclarant que “la FIFA a déclaré Yves Jean-Bart coupable de harcèlement sexuel et d’abus sur des joueuses, y compris des mineures. Nous regrettons que l’enquête du gouvernement haïtien n’ait pas abouti à des accusations”.

Florvilus espère que l’affaire pénale contre Jean-Bart pourra se poursuivre si la décision du juge de clore l’affaire est contestée par le commissaire du gouvernement haïtien (procureur), qui, selon lui, est “censé être l’avocat né des mineurs”.