Dernières Nouvelles | News 24

Wild and Wilde : au cimetière des célébrités, la nature joue le rôle principal

PARIS — Des feuilles sèches bruissaient sous les pas de Benoît Gallot alors qu’il se frayait un chemin à travers le terrain accidenté. S’arrêtant près d’arbustes de laurier et de sureau, il écarta leur feuillage pour découvrir une colonnade de pierre en ruine. Une perruche, perchée dans un arbre voisin, a crié.

Cela ressemblait à une scène au fond d’une des forêts luxuriantes de France – mais c’était à l’intérieur de l’un des cimetières les plus visités au monde, le cimetière du Père-Lachaise, niché entre des avenues chargées de circulation dans l’est de Paris.

Le cimetière est depuis longtemps connu comme le dernier lieu de repos d’artistes célèbres, dont Jim Morrison, Oscar Wilde et Édith Piaf. Mais ces dernières années, il est également devenu un refuge pour la faune et la flore de la ville. Les renards et les chouettes hulottes font partie des nombreux animaux qui l’habitent.

“La nature reprend ses droits”, a déclaré M. Gallot, le conservateur du cimetière, chargé de superviser l’entretien des terrains et d’attribuer les parcelles d’inhumation, alors qu’il poursuivait sa randonnée parmi les pierres tombales englouties par les vignes et les mauvaises herbes.

Le verdissement de la nécropole découle d’un plan vieux de dix ans visant à éliminer progressivement les pesticides et à transformer le cimetière en l’un des poumons verts de Paris, alors que la capitale dense redessine son paysage urbain pour le rendre plus respectueux du climat face à la hausse des températures.

En encourageant la vie sauvage dans un lieu dédié à la mort, ces efforts ont également provoqué une petite révolution dans les mœurs des cimetières français, où les traces de vie non humaine ont longtemps été considérées comme irrespectueuses envers le défunt.

“Nous avons fait un revirement complet”, a déclaré M. Gallot. Le Père-Lachaise, a-t-il ajouté, montre que “les vivants et les morts peuvent coexister”.

Ouvert en 1804, le cimetière de 110 acres – du nom du confesseur de Louis XIV, le révérend François de La Chaise d’Aix – est perché sur une colline surplombant le centre de Paris. Ses premières pierres tombales côtoyaient des arbres et des plantes dans un cadre semblable à un parc.

Mais au fur et à mesure que la réputation du site grandissait, sa verdure luxuriante reculait. Ce fut d’abord l’arrivée des restes présumés du dramaturge Molière et du poète Jean de La Fontaine, transférés en 1817, incitant les Parisiens à vouloir revendiquer leur dernière demeure auprès des illustres pensionnaires. Des voûtes et des chapelles sculptées ont poussé sur le terrain accidenté du cimetière, grignotant la faune.

Aujourd’hui, quelque 1,3 million d’individus, dont Proust, Chopin et Sarah Bernhardt, y sont enterrés, soit environ la moitié de la population parisienne.

Puis, dans la seconde moitié du siècle dernier, la nature s’est encore retirée à la suite d’intenses opérations de désherbage. Contrairement à l’Europe du Nord et centrale – comme en Grande-Bretagne et en Autriche, où les pierres tombales se sont répandues dans des paysages verdoyants – la France et d’autres pays latins ont privilégié les cimetières plutôt austères et pierreux, selon Bertrand Beyern, guide de cimetière et historien.

Aucun signe de vie, à l’exception des personnes en deuil, ne devait être autorisé à entrer, par respect pour les morts.

“Le moindre pissenlit devait être éliminé”, a déclaré Jean-Claude Lévêque, jardinier au cimetière depuis 1983. Il a rappelé comment, plusieurs fois par an, lui et d’autres déversaient des litres de pesticides sur les cimetières. “C’était la mentalité ‘golf green’.”

Cette approche a commencé à changer en 2011, lorsque le gouvernement municipal de la ville a encouragé les cimetières parisiens à éliminer progressivement les pesticides, par souci environnemental. M. Gallot, qui travaillait alors dans un autre cimetière de la périphérie de la capitale, s’était d’abord dit “très hostile” à l’initiative.

Mais voir les fleurs refleurir et les oiseaux revenir au nid l’a conquis.

En 2015, une interdiction totale des désherbants était en vigueur, et Xavier Japiot, un naturaliste travaillant pour la municipalité de Paris, a déclaré qu’un “écosystème riche” s’était développé en conséquence.

Les feuilles en forme de rein des fleurs de cyclamen – blanches, roses ou lavande – ont surgi entre les cryptes surélevées. Des chœurs entiers d’oiseaux, dont des rouges-gorges et des gobe-mouches, se sont installés dans la vaste canopée du cimetière.

Certains visiteurs ont trouvé les changements non seulement agréables mais aussi rassurants.

“Cette diversité naturelle détourne votre attention de la mort”, a déclaré Philippe Lataste, un retraité de 73 ans, qui errait dans les ruelles pavées du Père-Lachaise. “C’est moins effrayant.”

Le sursaut animalier le plus spectaculaire s’est produit pendant une période de deuil exceptionnel : la crise du coronavirus. En avril 2020, dans un Paris fantomatique sous confinement, M. Gallot croise un couple de renards et leurs quatre petits dans le cimetière, une observation rare dans les limites de la ville.

“Voir ces oursons à ce moment-là, ça faisait vraiment du bien”, a déclaré M. Gallot, rappelant une période marquée par “des funérailles non-stop”.

Le verdissement du site a apporté un nouveau vivier de visiteurs, dont le nombre total dépasse les trois millions en une année type. Aujourd’hui, aux côtés des flots de touristes mondiaux à la recherche des tombes les plus célèbres du cimetière, le nez enfoui dans les cartes de repérage de célébrités, il y a davantage de vagabonds locaux attirés par la promesse d’une escapade dans la nature.

Un dimanche matin récent, 20 de ces amoureux de la nature ont assisté à une visite ornithologique dans le cimetière, sans se laisser intimider par le froid glacial qui leur a rendu le nez rouge. Jumelles en main, ils ont écouté attentivement les commentaires de Philippe Rance et Patrick Suiro, deux ornithologues amateurs qui ont fait du Père-Lachaise leur nouveau terrain de jeu.

Le groupe se figea à chaque gazouillis d’une grive ou d’un pinson, une main tenant les jumelles, l’autre une pierre tombale pour l’équilibre. Les espèces les plus célèbres du site sont les perruches à collier dont les plumes vertes et les gazouillis aigus sont difficiles à manquer. La légende raconte que les ancêtres des perruches, originaires d’Afrique et d’Inde, se sont échappés d’un conteneur dans un aéroport parisien dans les années 1970, avec des volées d’oiseaux qui se sont répandues dans toute la capitale française.

M. Suiro a déclaré avoir compté plus de 100 espèces d’oiseaux au cours des deux dernières décennies. Il n’a pas pu s’empêcher de se réjouir que la population de félins autrefois énorme du cimetière, nourrie par des félins fans qui laissaient des croquettes dans des voûtes ouvertes, ait diminué, principalement à cause des opérations de stérilisation, laissant la place aux rouges-gorges.

Naturaliste passionné, M. Suiro a également documenté des dizaines d’orchidées, qu’il aime appeler par leurs noms latins. “Epipactis helleborine”, a-t-il déclaré avec enthousiasme lors de la tournée du dimanche, pointant du doigt une tige frêle s’élevant entre deux pierres tombales couvertes de mousse.

M. Beyern, le guide du cimetière et historien, a déclaré que le verdissement du Père-Lachaise reflétait un virage sociétal plus large vers l’environnementalisme.

A Paris, capitale peu boisée, la verrière du cimetière permet d’atténuer les effets d’étés de plus en plus caniculaires. Partout en France, des cimetières « écologiques » ont vu le jour, encourageant l’utilisation de cercueils biodégradables et de pierres tombales en bois.

Le nouveau décor aux allures de parc au Père-Lachaise a eu des conséquences inattendues.

Les employés du cimetière s’étaient habitués à avoir affaire à des fans qui se saoulaient près de la tombe de Morrison ou qui couvraient la pierre tombale de Wilde de baisers de rouge à lèvres. Mais maintenant, a déclaré M. Gallot, le conservateur, ils sont occupés à chasser les joggeurs et les gens qui étendent des couvertures pour les pique-niques.

« ‘Votre cimetière ressemble à Paris-Plages !’ », a-t-il dit, se plaignent certains visiteurs de longue date, faisant référence aux plages artificielles installées chaque été le long de la Seine.

Pourtant, M. Gallot a dit qu’il aime l’idée d’un cimetière grouillant d’activité.

Dans un livre récemment publié sur la « vie secrète » du Père-Lachaise, il décrit la tombe où lui-même aimerait reposer. Il se tiendrait dans un petit jardin, près d’un arbuste où les rouges-gorges pourraient nicher. Un banc serait installé pour les passants. Une jardinière servirait d’abreuvoir pour les renards et de bassin pour les oiseaux.

« Bref, écrivait-il, je voudrais que ma tombe soit un lieu vivant.

Articles similaires