(Reuters) – Les principaux indices boursiers américains ont bondi vendredi et ont enregistré de solides gains pour la semaine après que les données sur les pertes d'emplois historiques dues à la crise des coronavirus ont montré qu'elles étaient légèrement inférieures à ce que l'on craignait.

Les 11 secteurs du S&P 500 ont tous été positifs, menés par le groupe énergétique battu .SPNY, qui a gagné 4,3%.

Un gain de 2,4% sur Apple (AAPL.O), les actions ont également levé les indices après que le fabricant d'iPhone a annoncé qu'il rouvrirait une poignée de magasins américains à partir de la semaine prochaine.

L'économie américaine a perdu 20,5 millions d'emplois en avril, a rapporté le ministère du Travail. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une baisse de 22 millions des salaires, mais la baisse marquait toujours la plus forte baisse depuis la Grande Dépression.

"Il est difficile d'appeler le rapport sur les emplois, qui est ce que tout le monde attendait, tout sauf une calamité complète, mais par rapport aux attentes, vous pouvez voir des doublures en argent là-dedans", a déclaré Brian Nick, stratège en chef des investissements chez Nuveen, soulignant le grand nombre de licenciements temporaires.

"À l'exception de la panique initiale du mois de mars, en général, les marchés ignorent la plupart des données économiques et recherchent davantage les données liées à COVID-19", a déclaré Nick.

Le Dow Jones Industrial Average .DJI a augmenté de 455,43 points, soit 1,91%, à 24 331,32, le S&P 500 .SPX a gagné 48,61 points, ou 1,69%, à 2 929,8 et le Nasdaq Composite .IXIC a ajouté 141,66 points, ou 1,58%, à 9 121,32.

Le Nasdaq a enregistré son cinquième gain quotidien consécutif, sa plus longue séquence de ce type depuis décembre 2019.

L'indice de volatilité Cboe, connu sous le nom de jauge de peur de Wall Street, a perdu 3,46 points à 27,98, sa première clôture en dessous de 30 depuis le 26 février.

Jeudi, les marchés financiers ont commencé à évaluer dans un environnement de taux d'intérêt américain négatif pour la première fois, alors que les investisseurs étaient aux prises avec les conséquences économiques de la nouvelle épidémie de coronavirus.

Les actions ont connu un net rebond depuis la fin de mars à la suite de la vente alimentée par les coronavirus, aidée par des mesures de relance monétaire et budgétaire massives. Le Nasdaq, riche en technologies, a effacé jeudi ses baisses de 2020 et est devenu positif pour l'année.

Les investisseurs observent maintenant les efforts d'un certain nombre d'États pour relancer leur économie en assouplissant les restrictions mises en place pour lutter contre l'épidémie.

«Les gens regardent attentivement pour voir comment fonctionne ce processus de réouverture», a déclaré Keith Lerner, stratège en chef des marchés chez Truist / SunTrust Advisory Services.

«En marge, vous commencez à entendre des entreprises dire que les choses commencent à s’améliorer à partir d’un niveau déprimé.»

L'optimisme pour les marchés a également été alimenté par les nouvelles selon lesquelles les représentants commerciaux américains et chinois ont discuté de leur accord commercial de phase 1, la Chine affirmant avoir accepté d'améliorer l'atmosphère pour sa mise en œuvre.

Dans l'actualité de l'entreprise, Uber Technologies (UBER.N), les actions ont augmenté de 6,0% après que la société a déclaré que les réservations de services de transport avaient lentement repris ces dernières semaines.

Énergie noble (NBL.O), les actions ont gagné 13,5% après que la société a annoncé vendredi qu'elle réduirait la production de pétrole et réduirait encore ses dépenses d'investissement pour faire face à une chute des prix du pétrole.

PHOTO DE FICHIER: La Bourse de New York (NYSE) est vue dans le quartier financier du Lower Manhattan lors de l'épidémie de la maladie à coronavirus (COVID-19) à New York, États-Unis, le 26 avril 2020. REUTERS / Jeenah Moon

Les émissions en progression ont dépassé en nombre les émissions en baisse sur le NYSE d'un ratio de 4,95 pour 1; sur le Nasdaq, un ratio de 3,47 pour 1 a favorisé les avanceurs.

Le S&P 500 a affiché 11 nouveaux sommets sur 52 semaines et aucun nouveau creux; le Nasdaq Composite a enregistré 64 nouveaux sommets et trois nouveaux creux.

Environ 10,1 milliards d'actions ont changé de mains dans les bourses américaines, en dessous de la moyenne quotidienne de 11,4 milliards au cours des 20 dernières sessions.

Rapports supplémentaires de C Nivedita et Medha Singh à Bengaluru, Noel Randewich à San Francisco et Terence Gabriel et April Joyner à New York; Montage par Sagarika Jaisinghani, Saumyadeb Chakrabarty, Shinjini Ganguli et Cynthia Osterman

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.