Actualité culturelle | News 24

Vous souciez-vous de ce qui m’arrive… tous les jours ? – Section locale de Shaw

Je pense commencer un journal.

Je sais. Vous agitez un doigt et vous dites : « Qu’est-ce que c’est ? Lonny Cain, le gars qui prêche l’importance d’écrire son histoire personnelle, ne tient pas de journal ?

Écoutez-moi.

J’écris cette chronique depuis 2007 – 15 ans ce mois-ci. C’est une référence. Et ces coups de bec hebdomadaires ont évolué.

Ma “voix” a changé. Ma voix d’écriture, ce qui signifie mon style d’écriture, ma personnalité, mon humeur et ma mission. Et plus.

La voix est ce qui se déverse un jour donné dans un mois et une année donnés. Quand j’écris, je parle. À toi. Quand tu lis ceci, je veux que tu m’entendes. Une conversation.

Ce qui s’est également transformé dans ce voyage d’écriture est ma mission initiale. Ma première chronique du 10 novembre 2007 était sous ce titre : “Dis-moi ce qui fait un bon journal.”

Je me suis concentré sur l’explication du comment et du pourquoi d’une salle de rédaction pour entamer un dialogue sain avec les lecteurs… et les non-lecteurs. L’objectif commun était d’améliorer un journal.

Ce que j’écrivais était toujours personnel et honnête, mais au fil du temps, ce fil s’est élargi, poussant ma conversation avec vous dans de nombreuses directions.

Mon ego veut que vous attendiez avec impatience cette colonne, en vous demandant: “Qu’est-ce qu’il va écrire cette semaine?” (Même question que je me pose.)

Quel que soit le sujet, cela devient personnel. Par conséquent, vous pourriez dire que j’écris un journal… avec cette colonne. C’est seulement une fois par semaine, mais cela s’ajoute à un regard révélateur sur mon parcours personnel sur 15 ans.

Mais peut-être qu’il doit y en avoir plus parce que je ne partage pas tous les trucs personnels profonds que je transporte. Et les bons journaux le font, se déroulant au fil du temps comme une conversation avec soi-même.

Il devrait être lu et relu plus tard par l’auteur, c’est sûr. Mais aussi par ceux qui vous aiment, vous admirent ou veulent simplement en savoir plus sur vous. Mais seulement quand l’auteur le dit.

Si je fais un journal ce serait pour mes futures lectures… quand mes couchers de soleil s’amenuisent. Mais plus important encore, je voudrais que cela soit laissé à ma famille et à ceux qui pourraient se soucier de l’histoire de ma vie.

Chaque jour est une leçon apprise. Peut-être qu’un journal devrait partager ces leçons. Je ne pense pas que je voudrais faire un score quotidien : les hauts et les bas. Je sais qu’il y a de bonnes instructions à suivre. Quelle a été la meilleure partie de votre journée ?

Je pense que je reformulerais un peu la question et écrirais à mon futur moi… ou à qui que ce soit.

Je préfère demander : Que voulez-vous retenir de cette journée dans cinq ans ou dix ans ? Et pourquoi? Que diriez-vous à vos petits-enfants de cette journée ?

Une bonne question à méditer chaque jour, mais la réponse ne fait pas toujours la une des journaux. Je ne suis donc pas sûr qu’un journal doive refléter chaque jour.

Revenons donc à la question. Dois-je commencer un journal ? Qu’est-ce que tu en penses ?

Après 15 ans, je suis assez à l’aise avec ces discussions que nous avons chaque semaine. J’ai laissé une trace de pensées et de souvenirs qui reflètent un cheminement personnel. Une revue.

Et j’aime l’idée que tu en aies fait partie.

Lonny Cain, rédacteur en chef à la retraite du Times à Ottawa, a également été journaliste au Herald-News à Joliet dans les années 1970. Son e-mail de paperasse est lonnyjcain@gmail.com. Ou envoyez un courrier au Times, 110 W. Jefferson St., Ottawa, IL 61350.

Articles similaires