Skip to content

Ursula von der Leyen, chef de la Commission européenne, a exhorté les dirigeants européens à parvenir à un accord sur le programme de récupération du coronavirus «d’ici la pause estivale», afin de sauver les économies de l’ensemble du bloc des conséquences économiques de la pandémie.

« Il est important que nous terminions avant les vacances d’été », a déclaré dimanche von der Leyen, dans une interview accordée au journal allemand Handelsblatt.

«L’Europe a un besoin urgent de ce plan de reconstruction. Nous sommes dans une crise profonde que nous n’avons pas connue depuis la Seconde Guerre mondiale », a souligné le chef de l’exécutif de l’UE, les dirigeants européens devant se réunir les 17 et 18 juillet pour un nouveau sommet.

Bruxelles a convoqué un sommet extraordinaire de l’UE à la mi-juillet, dans le but de résoudre une impasse parmi les chefs d’État et de gouvernement de l’UE, sur le cadre financier pluriannuel (CFP) proposé de 1,1 billion d’euros pour 2021-2027 et le montant de 750 € milliards de paquets de récupération de coronavirus.

Ce sera leur première réunion en personne depuis février, lorsque la pandémie de coronavirus a frappé l’Europe. Lors de leur dernier sommet virtuel, les dirigeants de l’UE se sont engagés à conclure un accord le mois prochain, le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, devant présenter une table de négociation dans les prochains jours.

Cependant, von der Leyen a déclaré que le sommet n’était peut-être pas le dernier concernant le CFP et le paquet européen de la prochaine génération, mais l’UE doit voir «si un tel accord réussira du premier coup».

Le chef de la Commission a souligné que le Fonds monétaire international (FMI) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s’attendent à une baisse de la production économique de l’UE de plus de 9%.

La semaine dernière, le ministre allemand des Finances Olaf Scholz et son homologue français Bruno Le Maire ont fait pression pour un accord rapide entre les dirigeants européens sur la taille et les modalités de paiement du fonds de relance du bloc.

« Il est temps de décider, nous avons tout sur la table pour soutenir nos économies et le plus vite sera le mieux », a déclaré Le Maire lors d’une conférence de presse conjointe à Berlin.