Dernières Nouvelles | News 24

Voici les 5 expositions muséales les plus animées dont tout le monde parle à Paris

Le monde de l’art est descendu dans la Ville Lumière cette semaine. Voici quelques-uns des spectacles les plus parlés.

Mike Kelley, Photographie d’ectoplasme 13 (1978/20099. © Fondation Mike Kelley pour les Arts. Tous droits réservés. © Adagp, Paris, 2023.

Après une micro-pause après la Frieze London, les experts en art se sont rendus à Paris pour tout recommencer : parcourir les allées des foires, courir jusqu’aux vernissages des galeries, dîner et danser, et se promener dans l’incroyable réseau de musées de la ville.

Entre le paysage des institutions privées et publiques se trouve un ensemble d’expositions ambitieuses. Voici quelques-uns des plus convaincants à ne pas manquer.

Lili Reynaud-Dewar : «Bonjour, je m’appelle Lili et nous sommes nombreux»
Palais de Tokyo
19 octobre — 7 janvier 2024

Lili Reynaud-Dewar, Paul Alexandre, chambre 502, hôtel Relais du Pré, Paris, 24 avril 2023. Avec l’aimable autorisation de la Galerie Emanuel Layr, Vienne.

La lauréate du Prix Marcel Duchamp 2021 est connue pour ses enquêtes difficiles à catégoriser qui prennent la forme du cinéma, de l’écriture et de la danse, mais toujours avec des amis, de la famille ou des étudiants en tant que collaborateurs ou sujets eux-mêmes dans l’œuvre. Au Palais de Tokyo, Reynaud-Dewar présente un film de 19 épisodes mêlant réalité et fiction, s’intéressant aux méfaits de l’industrie pétrolière et de la gentrification, tout en interrogeant la valeur de la production artistique par rapport à l’activisme politique. La deuxième exposition diaristique reprend les lieux de chambres d’hôtel à Paris et s’intéresse aux relations émotionnelles et professionnelles de l’artiste, source permanente de contenu artistique pour elle. —Kate Brun

Marc Rothko
Fondation Louis Vuitton, Paris
18 octobre — 2 avril 2024

Marc Rothko, Autoportrait (1936). CR82. Collection Christophe Rothko. ©1998 Kate Rothko Prizel & Christopher Rothko – Adagp, Paris, 2023.

La Fondation Louis Vuitton rend hommage au pionnier américain de la peinture abstraite lors de l’un des vernissages les plus animés de la semaine. Rothko n’a pas eu de rétrospective en France depuis 1999, et cette exposition donne un aperçu impressionnant rempli d’exemples de premier ordre de ses peintures expressionnistes sublimes et quasi spirituelles.

L’institution sait – et en a certainement les moyens – faire un grand spectacle, obtenant toujours des prêts impressionnants et celle-ci ne fait pas exception, ayant emprunté l’intégralité de la salle Rothko de la Tate parmi les 115 œuvres présentées dans l’exposition. L’exposition est organisée chronologiquement, depuis la figuration du début de la carrière de Rothko – y compris ce rare autoportrait de 1936 inspiré par Rembrandt – jusqu’aux toiles mélodieuses pour lesquelles il est célèbre, en passant par un certain nombre de ses œuvres tardives aux teintes plus sombres moins connues mais non moins magnifiques. —Naomi Réa

Mike Kelley :Fantôme et esprit»
La Bourse de Commerce – Collection Pinault, Paris
13 octobre — 19 février 2024

Perspectaphone1978. Performance aux expositions contemporaines de Los Angeles, 1978

Comme le disait le regretté critique Peter Scheldahl Mets-le, Kelley était « un esprit flagrant dans de nombreux médias ». Plus d’une décennie après sa mort prématurée, son œuvre majeure échappe toujours à toute classification, même si l’on peut affirmer avec certitude qu’elle est un défi conceptuel et qu’elle emprunte courageusement au haut et au bas. Malgré son statut culte aux États-Unis, Kelley est moins connu en France et en Europe, ce qui rend si passionnante cette vaste rétrospective qui débute à la Collection Pinault de la Bourse de Commerce. L’exposition sera présentée à la Tate Modern de Londres, au K21 de Düsseldorf et au Moderna Museet de Stockholm. Et pendant que vous y êtes, ne manquez pas les présentations personnelles de l’étoile montante Ser Serpas, ainsi que les expositions du légendaire peintre américain Lee Lozano et de la peintre et critique d’art Mira Schor.Kate Brun

Picasso. Dessin sans fin»
Centre Pompidou
18 octobre — 15 janvier 2024

Pablo Picasso, Portrait de Françoise1946 – Pablo Picasso Acceptation tenant lieu, 1979 © musée national Picasso-Paris (MP1351), © Succession Picasso 2023

Cette année marque le 50e anniversaire du décès de Pablo Picasso. Parmi une cinquantaine d’expositions organisées conjointement par des institutions culturelles d’Europe et d’Amérique du Nord célébrant les réalisations de l’un des plus grands artistes du XXe siècle, le Centre Pompidou propose une exposition qui offre une occasion rare de redécouvrir les fondements de l’art de Picasso.

Présentant près de 1 000 œuvres allant de carnets, dessins et gravures datant de ses études de jeunesse jusqu’à ses dernières œuvres tirées de la collection du Musée National Picasso-Paris, « Picasso. Dessiner à L’infini » plonge profondément dans la pratique du dessin moins connue et plutôt privée du maître moderne, qui a jeté les bases de certaines des plus grandes œuvres de l’artiste. Tel un journal visuel privé, les dessins révèlent le processus créatif de Picasso et son exploration des techniques. “Ils nous permettent d’explorer la profusion graphique de Picasso”, ont déclaré les commissaires de l’exposition Anne Lemonnier, conservatrice adjointe du Musée National d’Art Moderne, et John Popelard, conservateur des dessins et des gravures, Musée National Picasso-Paris. —Vivienne Chow

Peter Doig : Réflexions d’un siècle»
Musée d’Orsay
Du 17 octobre au 21 janvier 2024

Peter Doig, il y a 100 ans (2000). Collection privée© Peter Doig. Tous droits réservés, DACS/ ADAGP, Paris, 2023

L’exposition de Peter Doig au musée d’Orsay est une étape incontournable de la programmation Paris+. La sensibilité picturale de Doig, ses gestes magistral en matière de couleur, de lumière, de lieu et de perspective visibles dans ses peintures de Trinidad complètent naturellement les œuvres modernistes de la collection d’Orsay. Les œuvres de Major Doig, des figures éthérées baignées par le clair de lune Baigneurs de nuit à une scène océanique argentée d’abstraction géométrique dans il y a 100 ans, sont présentés dans une tenture de style salon, qui tiennent leur place dans les salles en forme de dôme du musée. Pour accompagner sa première exposition personnelle en France depuis 15 ans, l’artiste a été autorisé à sélectionner des œuvres de la collection du musée dans une salle attenante donnant sur la Seine, où des œuvres impressionnistes et postimpressionnistes de Gauguin, Courbet et Rousseau éclairent certaines des inspirations qui s’infiltrent dans l’esprit du peintre écossais. —Naomi Réa

Suivre Actualités Artnet sur Facebook:

Vous voulez garder une longueur d’avance sur le monde de l’art ? Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles, des interviews révélatrices et des points de vue critiques incisifs qui font avancer la conversation.