Voici comment les gazoducs Nord Stream pourraient être réparés

Une fois que les enquêteurs peuvent mettre la main dessus en toute sécurité, le travail délicat consistant à trier les problèmes et à trouver des solutions commence. « Vous évaluez : ‘D’accord, quel est l’état du tuyau ? Quels sont les dégâts ?’ », déclare Jean-François Ribet de la société monégasque de réparation d’oléoducs et de gazoducs 3X Engineering, qui a déjà réparé des pipelines au Yémen qui ont été sabotés par des gens comme Al-Qaïda. Cette évaluation peut être effectuée à l’aide d’un robot d’inspection, d’un véhicule télécommandé ou de plongeurs spécialisés.

L’envoi de plongeurs sur le site est difficile en raison de la profondeur du pipeline : alors que les fuites connues sont concentrées dans des eaux relativement peu profondes – environ 50 mètres de profondeur – la majorité du pipeline se trouve entre 80 et 100 mètres sous l’eau. Et tout cela devra être inspecté pour les dommages potentiels.

« Nous avons effectué des réparations à cette profondeur, mais il faut utiliser la plongée à saturation », explique Olivier Marin, responsable R&D et technique chez 3X Engineering. (En plongée à saturation, qui est utilisée pour les conditions en haute mer, les plongeurs restent à l’extrême profondeur dans un habitat spécialisé et subissent une seule décompression une fois l’opération terminée.) “Vous pouvez peut-être faire 10 heures, mais vous devrez rester pendant un mois dans une chambre hyperbare », dit-il.

Les réparations elles-mêmes ne seraient pas faciles. Il existe un certain nombre d’options, dit Ribet. La première consiste à remplacer les sections endommagées du tuyau dans leur totalité, bien que ce soit le plus coûteux. « Vous avez besoin du même diamètre, du même type de nuance d’acier, etc. », dit-il. Et vous devez apporter des grues embarquées suffisamment solides pour soulever les lourds segments de tuyaux hors de l’eau.

La deuxième option de réparation consisterait à installer une pince qui recouvre les sections endommagées du tuyau, en réparant essentiellement les zones rompues. Cependant, avec un diamètre intérieur de 1,153 mètre, les canalisations du Nord Stream nécessiteraient d’énormes pinces, ainsi que l’installation temporaire d’un caisson sous-marin, une chambre étanche qui enfermerait la section de canalisation afin que les ingénieurs puissent travailler à l’intérieur.

Marin pense que ce serait “la solution la plus simple”. Cependant, ajoute-t-il, il faudrait des mois pour se procurer une pince suffisamment grande pour enfermer le pipeline. Cette méthode ne fonctionnera pas non plus s’il s’avère qu’il y a des dommages importants, car il n’est pas possible de construire des pinces suffisamment grandes pour couvrir des trous importants. Une troisième option est une réparation composite qui mélange les deux méthodes : remplacer les éléments les plus endommagés de la canalisation et brider ceux qui sont moins touchés.

Ribet suggère une quatrième option potentiellement moins probable : construire et installer une nouvelle section de pipeline qui pourrait contourner les sections endommagées, qui seraient laissées en place. Les analystes russes notent également que l’un des quatre pipelines individuels de Nord Stream apparaît ne pas avoir été affectéce qui signifie qu’il pourrait continuer à fournir du gaz, mais à un débit inférieur.