Vingt ex-généraux appellent à la destitution de Macron lors d’un coup d’État si la France ne peut pas arrêter la «  désintégration  » aux «  mains des islamistes  »

VINGT généraux à la retraite ont appelé à un régime militaire si Emmanuel Macron ne parvient pas à mettre un terme à ce qu’ils appellent la «désintégration» de la France «aux mains des islamistes».

Une lettre ouverte effrayante affirmait qu’une «guerre civile» éclaterait sans une action ferme, et suggérait que de larges pans des forces armées étaient prêtes à soutenir leur appel aux armes.

Emmanual Macron avec le chef d’état-major général François Lecointre, qui n’était pas impliqué dans la lettreCrédit: AP
Marine Le Pen, candidate d'extrême droite à la présidentielle, saisie de l'appel aux armes

Marine Le Pen, candidate d’extrême droite à la présidentielle, saisie de l’appel aux armesCrédits: Getty

Le gouvernement de Macron a condamné la lettre et l’a comparée au coup d’État manqué des généraux contre le président de Gaulle il y a 60 ans.

Mais il a été saisi par la candidate d’extrême droite à la présidentielle Marine Le Pen, qui a exhorté les partisans à se joindre à la «bataille».

Cela survient dans un contexte d’inquiétude croissante en France face aux attaques terroristes liées à l’Etat islamique et à ce que certains considèrent comme une rupture des idéaux laïques de la nation.

La décapitation de l’enseignant Samuel Paty l’année dernière a déclenché des manifestations de masse en faveur de la liberté d’expression et d’une répression gouvernementale contre les fanatiques.

Mais maintenant, 100 officiers supérieurs à la retraite, dont les 20 généraux, ont déclaré qu’une action plus extrême était nécessaire dans une lettre publiée dans le magazine d’information de droite Valeurs Actuelles.

La lettre incendiaire dit: «La France est en danger. Plusieurs périls mortels la menacent.

«Même à la retraite, nous restons soldats de la France et ne pouvons pas dans les circonstances présentes rester indifférents au sort de notre beau pays».

Les officiers à la retraite ont affirmé que la France « se désintègre avec les islamistes des hordes de la banlieue [suburbs] qui détachent de grandes parties de la nation et en font un territoire soumis à des dogmes contraires à notre constitution « .

Les généraux ont également attaqué Macron pour une action policière brutale contre les manifestants gilets jaunes.

La France «exploserait» dans la guerre civile si «rien n’était fait», entraînant des milliers de morts, affirment-ils.

Ils ont également affirmé qu’ils avaient un large soutien dans l’armée et étaient « prêts à soutenir » les politiciens qui se concentraient sur la « sécurité d’une nation ».

Le signataire principal était Christian Piquemal, 80 ans, ancien commandant de la Légion étrangère qui a perdu ses privilèges d’officier à la retraite après avoir été arrêté pour avoir participé à une manifestation anti-islam en 2016.

Il a été rédigé par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, un ancien officier, et signé par 1 000 autres subalternes.

Le parti du Rassemblement national – anciennement connu sous le nom de Front national – a salué les généraux hier soir.

Il a déclaré que la lettre reflétait les vues de « patriotes » comme le général Pierre de Villiers, ancien chef d’état-major de la défense, limogé par Macron en 2017.

La chef du parti Mme Le Pen a écrit sur le site du magazine où la lettre a été publiée: «Je vous invite à vous joindre à notre action et à prendre part à la bataille qui s’ouvre et est avant tout la bataille de la France.

« En tant que citoyenne et en tant que femme politique, je partage votre souffrance. »

Les ministres de M. Macron ont réagi avec fureur hier soir.

La ministre des Forces armées, Florence Parly, a déclaré qu’une coalition entre d’anciens généraux politisés et le candidat d’extrême droite à la présidentielle Le Pen serait un scandale.

Elle a déclaré: « La colonne irresponsable n’est signée que par des soldats à la retraite, qui n’ont plus aucune fonction dans nos armées et ne représentent qu’eux-mêmes ».

Mme Parly a ajouté: «La politisation des forces armées suggérée par Mme Le Pen affaiblirait notre capacité militaire et donc la France.

« Les militaires ne sont pas là pour faire campagne, mais pour défendre la France et protéger les Français. »

Mme Le Pen deviendrait chef des forces armées si elle battait M. Macron aux élections de l’année prochaine.

La France a été menacée par le passé de coups d’État militaires, notamment par des militants d’extrême droite qui voulaient garder l’Algérie comme colonie.

Il y a environ cinq millions de musulmans en France – la plus grande communauté du genre en Europe occidentale.

Les libéraux et les conservateurs ont fait part de leurs inquiétudes au sujet de certains musulmans qui auraient créé leurs propres communautés séparées du reste de la société française.

La tension avec les traditions séculaires de liberté et d’égalité a conduit à des mesures passées telles que l’interdiction du port du voile facial en public.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments