Vancouver est sur le point de devenir la première ville à adopter la déclaration des Nations Unies sur les droits des Autochtones – Kelowna Capital News

Vancouver pourrait devenir la première ville au Canada à mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones avec un plan élaboré aux côtés des trois Premières Nations sur le territoire desquelles la ville est située.

Un groupe de travail conjoint composé de représentants de la ville et de membres des nations Musqueam, Squamish et Tsleil-Waututh a produit un rapport contenant 79 appels à l’action visant à mettre en œuvre la déclaration des Nations Unies à Vancouver.

Le rapport est passé par les conseils des trois nations et il sera examiné par le conseil municipal le 25 octobre avec une recommandation qu’il soit approuvé.

La publication du rapport aujourd’hui a été marquée par une cérémonie à laquelle ont participé le maire sortant Kennedy Stewart ; la chef nationale de l’Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald; et le chef régional de la Colombie-Britannique, Terry Teegee.

Le président du conseil de Squamish et coprésident du groupe de travail, Khelsilem, a déclaré au rassemblement que la stratégie était née d’un “véritable respect mutuel” entre les personnes impliquées et du désir de créer une voie significative pour la réconciliation dans la ville.

Les recommandations sont classées par thèmes : bien-être social, culturel et économique ; mettre fin au racisme et à la discrimination propres aux Autochtones; l’autodétermination et le droit inhérent à l’autonomie gouvernementale; et droits et titre des peuples autochtones.

Parmi les appels à l’action figurent la priorisation de l’accès aux sites culturels pour les membres des nations et l’élaboration d’une politique pour évaluer le développement des infrastructures industrielles sous l’angle des droits des Autochtones et du racisme environnemental.

Le rapport recommande également au service de police de Vancouver de travailler avec les peuples autochtones pour intégrer dans ses opérations les principes de la déclaration des Nations Unies et les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation et de l’enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Le conseil municipal de Vancouver a adopté à l’unanimité une motion en mars 2021 pour créer un groupe de travail sur la DNUDPA en partenariat avec les nations, qui a produit ce que les responsables disent être la première stratégie co-développée pour mettre en œuvre la déclaration des Nations Unies entre une municipalité et les gouvernements autochtones au Canada.

Excuses autochtonesVancouver

Articles similaires