Une voiture de police de Batavia est heurtée par un conducteur plus tard accusé de conduite avec facultés affaiblies – Shaw Local

BATAVIA – Une femme inconsciente arrêtée au milieu du sud de Batavia tôt samedi a soudainement appuyé sur la pédale d’accélérateur lorsque la police a tenté de la réveiller et a heurté une voiture de police de Batavia, a annoncé la police de Batavia dans un communiqué de presse.

Ashley T. Samack, 32 ans, du pâté de maisons 900 de North Deerpath Road, North Aurora, a été accusée de conduite sous l’influence, de conduite avec un taux d’alcoolémie supérieur à 0,08 %, de stationnement inapproprié sur une chaussée, d’utilisation inappropriée des voies et de défaut de réduire la vitesse pour éviter un accident, selon le communiqué.

La police a été appelée au bloc 800 de l’avenue South Batavia peu avant 2 heures du matin en réponse à une plainte selon laquelle un Toyota RAV4 2017 violet s’était arrêté dans les voies de circulation faisant face au nord, selon le communiqué.

La police a vu que le véhicule avait été arrêté avec une partie dans la voie intérieure en direction nord et une partie dans la voie intérieure en direction sud, indique le communiqué.

Le véhicule semblait être en marche et une femme qui semblait inconsciente était assise sur le siège du conducteur, le pied sur le frein, a indiqué le communiqué.

Les agents ont tenté de la réveiller en frappant à la fenêtre. Alors qu’ils tentaient d’entrer dans le véhicule, celui-ci a accéléré vers le nord et a heurté une voiture de police Batavia marquée avec ses feux de détresse allumés, a indiqué le communiqué.

La voiture de police était garée et inoccupée dans les voies en direction sud de l’avenue Batavia, a indiqué le communiqué.

Samack s’est réveillé pendant l’accident et des agents sont entrés dans le véhicule, l’ont mis en stationnement et l’ont éteint, a indiqué le communiqué.

La police de Batavia n’a pas pu fournir plus d’informations pour savoir si quelqu’un a été blessé ou combien de dommages ont été causés à la voiture de patrouille.

Les archives judiciaires n’étaient pas disponibles mardi et un numéro de téléphone répertorié pour Samack a été déconnecté.