Une société d’armes tchèque nie avoir vendu des armes à la police de Hong Kong

Un marchand d’armes tchèque a démenti les informations selon lesquelles les médias auraient vendu des armes à la police de Hong Kong malgré un embargo international.

Selon des informations publiées par les médias de Hong Kong, la police de Hong Kong espérait recevoir jusqu’à 1 000 mitraillettes de Česká Zbrojovka (CV).

Mais l’entreprise a fermement déclaré que les informations étaient fausses et qu’elle n’avait jamais fait affaire avec les forces de sécurité de Hong Kong.

« Česká Zbrojovka n’a offert ni vendu aucun de ses produits à la police de Hong Kong », a déclaré un porte-parole à Euronews.

« L’exportation du groupe, y compris de sa filiale Česká Zbrojovka, est strictement régie par les règles et réglementations tchèques et européennes relatives aux exportations, y compris les restrictions à l’exportation de matériel militaire vers Hong Kong. »

CV a déclaré que les rumeurs avaient gravement nui à la réputation de l’entreprise, en particulier compte tenu de sa conformité avec les règles d’exportation de l’UE.

En juillet, l’Union européenne a lancé un message de solidarité avec les manifestations à Hong Kong contre la loi controversée sur la sécurité nationale.

Les critiques disent que la loi est utilisée pour réprimer la dissidence, mais les autorités de Hong Kong soutiennent qu’il est nécessaire d’empêcher l’ingérence étrangère.

L’UE, le Royaume-Uni et les États-Unis ont tous annoncé une série de sanctions contre Hong Kong après l’introduction de la loi en juin.

Cela comprenait une interdiction des exportations internationales de tout équipement ou technologie qui pourrait être utilisé par les forces de sécurité à Hong Kong à des fins de « répression interne ».

« Les conclusions réaffirment le soutien de l’UE au haut degré d’autonomie de Hong Kong au titre du principe » Un pays, deux systèmes « et sa solidarité avec le peuple de Hong Kong », a déclaré l’UE dans un déclaration.

Les autorités tchèques ont également déclaré que le pays n’avait fait aucune distinction entre la Chine et Hong Kong en termes d’exportations d’armes et qu’il respectait l’embargo international actuel.

Les médias de Hong Kong ont depuis publié une correction de l’histoire, y compris la déclaration de Česká Zbrojovka, mais les faux rapports originaux ont été partagés par des organisations en République tchèque et à l’étranger.

Plus tôt ce mois-ci, CV a signé un accord pour acheter le fabricant d’armes américain Colt, qui a fourni les forces armées aux États-Unis et à l’étranger.

L’opération d’une valeur de 220 millions de dollars (181 millions d’euros) est soumise à l’approbation des régulateurs et devrait être finalisée au deuxième trimestre de 2021.

L’entreprise tchèque compte quelque 1 650 travailleurs en République tchèque, aux États-Unis et en Allemagne.