Une petite fille se noie après avoir été jetée dans une pataugeoire par des voleurs qui l’ont arrachée des bras de sa mère lors d’un raid

Une BÉBÉ s’est noyée après avoir été jetée dans une pataugeoire par des voleurs qui l’ont arrachée des bras de sa mère lors d’un cambriolage.

Angelica Murillo était en train de baigner sa fille Maria, âgée de neuf mois, dans une piscine gonflable sur sa terrasse lorsque leur maison a été perquisitionnée.

Bébé Maria s’est noyée dans la piscine après y avoir été jetée par des voleursCrédit : Flash info
Angélique avec Maria et son mari

Angélique avec Maria et son mariCrédit : Flash info

Les deux hommes sont arrivés à la maison de la paroisse rurale de San Pedro de Suma dans la province équatorienne de Manabi à moto le 20 novembre.

Les voleurs ont dit à Angelica qu’ils venaient d’un programme de vaccination des chiens auquel la mère a répondu qu’elle n’avait pas d’animaux de compagnie.

Mais c’est alors que les deux voleurs se sont introduits de force dans la propriété et ont arraché le bébé des bras de sa mère.

Ils ont jeté le bébé Maria dans la pataugeoire avant d’emmener sa mère à l’intérieur.

Angelica leur a remis 1 000 $ (748 £), mais insatisfaits de l’énorme somme d’argent, ils auraient attaché la mère avant de fouiller dans la maison.

Peu de temps après, les voleurs se sont précipités après avoir entendu une moto au loin.

Après le départ du duo, Angelica a commencé à crier à l’aide et ses cris ont été entendus par son autre fille qui jouait dans la maison d’un voisin.

En arrivant à la maison, la fillette de 12 ans a trouvé sa petite sœur flottant dans la piscine.

Elle aurait délié sa mère, qui a tenté de réanimer le jeune, mais en vain.

Dimanche, la police recherchait toujours les deux suspects.

La violence des gangs est un problème majeur dans ce pays d’Amérique du Sud avec plus de 18 000 vols qui ont eu lieu rien qu’en septembre.

Il y a en moyenne 66 vols par jour en Équateur.

Depuis septembre dernier, les vols à main armée ont augmenté d’un étonnant 14 pour cent.

Le taux d’homicides pour 100 000 habitants au cours des cinq dernières années a doublé.

Sur les 1 885 personnes assassinées en 2021, au moins 1 112 ont été classées dans la catégorie violence des gangs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *