Une organisation caritative appelle les donateurs à aider à éviter la marée noire au Yémen

LE CAIRE – Un organisme de bienfaisance international a exhorté mercredi les donateurs mondiaux à payer leurs promesses de retirer le pétrole d’un superpétrolier rouillé et échoué au large du Yémen afin d’éviter une explosion ou une fuite qui pourrait provoquer une catastrophe environnementale et économique.

L’appel de Save the Children est venu alors que les Pays-Bas, les États-Unis et l’Allemagne devaient annoncer mercredi “le financement réussi de l’opération d’urgence” pour neutraliser la menace du pétrolier FSO Safer. L’événement, qui comprend également l’ONU et le gouvernement internationalement reconnu du Yémen, se déroule en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies.

L’ONU a déclaré lundi à l’Associated Press qu’elle avait finalement atteint un objectif de promesse de dons pour retirer 1 million de barils de pétrole du pétrolier, mais elle doit encore persuader tous les donateurs de payer les promesses de dons pour la première phase de 75 millions de dollars du opération.

Save the Children a exhorté la communauté internationale à traiter le pétrolier comme “une urgence internationale”. Il a averti que les vents turbulents et les courants en mer en hiver sont susceptibles de “rendre l’opération de transfert de pétrole plus dangereuse et d’augmenter le risque de rupture du navire”.

Il a déclaré qu’une rupture du pétrolier entraînerait “des conséquences humanitaires, environnementales et économiques désastreuses”. Il a déclaré que les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs du Yémen pourraient être instantanément anéantis si le pétrolier fuit ou explose.

Le pétrolier est un navire de fabrication japonaise construit dans les années 1970 et vendu au gouvernement yéménite dans les années 1980 pour stocker jusqu’à 3 millions de barils de pétrole d’exportation pompé dans les champs de Marib, une province de l’est du Yémen.

Les rebelles houthis soutenus par l’Iran contrôlent les ports de l’ouest de la mer Rouge au Yémen, y compris Ras Issa, à seulement 6 kilomètres (environ 4 miles) de l’endroit où le Safer est amarré, et l’ONU négocie avec le groupe rebelle depuis des années pour essayer d’obtenir des experts sur le pétrolier pour l’examiner.

Les deux parties ont signé un protocole d’accord en mars, autorisant une opération d’urgence de quatre mois pour éliminer la menace immédiate en transférant le pétrole du pétrolier Safer vers un autre navire. À plus long terme, le protocole d’accord prévoit le remplacement du pétrolier Safer par un autre navire capable de contenir une quantité similaire de pétrole dans les 18 mois.

Le pétrolier vieillissant mesure 360 ​​​​mètres (1 181 pieds) de long avec 34 réservoirs de stockage. Il contient environ quatre fois la quantité estimée de pétrole rejetée lors du déversement de l’Exxon Valdez en 1989 qui a dévasté la côte de l’Alaska.