Une option de traitement émergente pour les hommes sous surveillance active

La surveillance active du cancer de la prostate a ses compromis. Disponible pour les hommes atteints d’un cancer de la prostate à risque faible et intermédiaire, le processus consiste à surveiller la tumeur d’un homme avec des biopsies périodiques et des tests d’antigène prostatique spécifique (APS), et à ne traiter que lorsque – ou si – la maladie montre des signes de progression.

La surveillance active permet aux hommes d’éviter (au moins pendant un certain temps) les effets secondaires des thérapies invasives telles que la chirurgie ou la radiothérapie, mais les hommes se sentent souvent anxieux en s’interrogeant sur l’état de leur cancer car ils passent plus de temps sans traitement. Existe-t-il une voie médiane entre ne pas traiter du tout le cancer et des thérapies agressives qui pourraient avoir des effets secondaires durables ? De nouvelles preuves suggèrent que la réponse pourrait être oui.

Lors d’un tout nouveau essai clinique de phase 2, les chercheurs ont évalué si un médicament appelé enzalutamide pouvait retarder la progression du cancer chez les hommes sous surveillance active. L’enzalutamide interfère avec la testostérone, une hormone qui entraîne la croissance et la propagation des tumeurs de la prostate. Contrairement à d’autres thérapies qui bloquent la synthèse de l’hormone, l’enzalutamide empêche la testostérone d’interagir avec son récepteur cellulaire.

Au total, 227 hommes ont participé à l’étude. Les enquêteurs ont randomisé la moitié d’entre eux pour un an de traitement quotidien à l’enzalutamide plus une surveillance active, et l’autre moitié pour une surveillance active uniquement. Après environ deux ans de suivi, les enquêteurs ont comparé les résultats des deux groupes.

Les résultats ont montré les avantages du traitement à l’enzalutamide. Plus précisément, les biopsies tumorales ont révélé des signes de progression du cancer chez 32 des hommes traités, contre 42 hommes qui n’ont pas reçu le médicament. Les chances de ne trouver aucun cancer dans au moins certains échantillons de biopsie étaient 3,5 fois plus élevées chez les hommes traités à l’enzalutamide. Et il a fallu six mois de plus pour que les niveaux de PSA augmentent (suggérant que le cancer se développe) chez les hommes traités, par rapport aux hommes qui sont restés sous surveillance active uniquement.

L’enzalutamide a été généralement bien toléré. Les effets secondaires les plus courants étaient la fatigue et l’hypertrophie mammaire, qui sont tous deux réversibles lorsque les hommes arrêtent le traitement.

Dans un accompagnement éditorial, Susan Halabi, une statisticienne spécialisée dans le cancer de la prostate à l’Université Duke, a qualifié les données d’encourageantes. Mais Halabi a également lancé une mise en garde. Fait important, les différences entre les deux groupes n’étaient évidentes que pendant la première année de suivi. À la fin de la deuxième année, les signes de progression dans les groupes traités et non traités “avaient tendance à être très similaires”, écrit-elle, suggérant que l’enzalutamide n’est bénéfique que tant que les hommes prennent le médicament. Des études plus longues d’une décennie ou plus, a ajouté Halabi, peuvent être nécessaires pour déterminer si un traitement précoce à l’enzalutamide modifie le cours de la maladie, de sorte que le besoin de traitements plus invasifs chez certains hommes peut être retardé ou évité.

Dr Marc Garnick, professeur de médecine Gorman Brothers à la Harvard Medical School et Beth Israel Deaconess Medical Center, rédacteur en chef de Harvard Health Publishing Rapport annuel sur les maladies de la prostateet rédacteur en chef de HarvardProstateKnowledge.org, a déclaré que l’étude indique une nouvelle façon d’aborder la surveillance active, soit avec l’enzalutamide, soit avec d’autres médicaments. “Il est important d’envisager une option qui diminue davantage la probabilité que les hommes sous surveillance active aient besoin d’une radiothérapie ou d’une intervention chirurgicale”, a-t-il déclaré. “Il s’agissait d’une étude pilote, et maintenant nous avons besoin d’une recherche à plus long terme.”