Skip to content

TUne nouvelle étude a révélé que les internautes deviennent de plus en plus irritables et enclins à la procrastination, car ils utilisent les médias sociaux plus tôt dans la vie.

Un sondage mené auprès de 2 000 jeunes âgés de 13 à 19 ans a révélé que ceux qui utilisaient le plus tôt les médias sociaux présentaient des signes plus marqués de dix symptômes de santé mentale, dont l'anxiété, le sentiment d'être dépassé et l'insomnie.

Les symptômes les plus couramment ressentis par les adolescents qui ont utilisé les médias sociaux dès leur plus jeune âge étaient les suivants: «irritabilité» et «faible estime de soi». En revanche, les adolescents qui n’utilisaient pas du tout les médias sociaux ont signalé une diminution des 10 symptômes.

L'étude, réalisée par Opinium pour le prestataire de soins de santé Bupa, a montré que près d'un cinquième des adolescents avaient commencé à utiliser les médias sociaux à l'âge de 10 ans ou moins. Les entreprises de médias sociaux ont un âge minimum de 13 ans, mais le processus est facilement contourné car il n’existe actuellement aucune vérification de l’âge.

Plus du quart des adolescents (27%) ont avoué qu’ils avaient un compte sur les réseaux sociaux que leurs parents ne connaissaient pas.

La recherche a également révélé que les médias sociaux rendaient les adolescents plus stressés, plus de la moitié d'entre eux (53%) déclarant qu'ils les distrayaient du travail scolaire, ce qui les incitait davantage à se préoccuper de leurs résultats scolaires.

Bupa a déclaré que ces résultats sont les premiers de ce qui va devenir un indice annuel de l'état de santé mentale des jeunes, que la société s'est engagée à réaliser après avoir constaté un doublement du nombre de réclamations pour des problèmes de santé mentale au cours des dix dernières années.

Le Dr Pablo Vandenabeele, directeur clinique de la santé mentale à Bupa UK, a déclaré: «Il est très difficile pour les parents de protéger leur enfant de tout ce qui pourrait nuire à sa santé mentale.

"Même restreindre le" temps d'écran "ou des médias sociaux spécifiques peut ne pas suffire, et nos résultats suggèrent que certaines plates-formes sociales peuvent considérablement augmenter l'anxiété et le stress, en particulier si l'enfant commence à le faire très jeune.

«Malgré le stéréotype, les adolescents se jugent vraiment sur leurs résultats scolaires, mais le social peut favoriser la procrastination, ce qui amplifie ce stress et les inquiétudes liées aux notes.»

Source

Shein Many GEO's Shein Many GEO's

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *