Une mère palestinienne craint pour ses enfants et s’interroge sur l’avenir après avoir évacué la ville de Gaza

LONDRES (AP) — Najla Shawa et sa famille sont pour l’instant en sécurité après avoir fui leur maison dans la ville de Gaza, mais elle craint de ne jamais pouvoir revenir.

Shawa, originaire de Gaza qui travaille pour le groupe humanitaire international Oxfam, s’abrite avec son mari, ses deux filles et une cinquantaine d’autres personnes dans un complexe à Zawaida, une communauté juste au sud de la zone. Les forces israéliennes ont ordonné aux habitants d’évacuer avant une offensive terrestre prévue. .

Les adultes dorment à tour de rôle et le groupe rationne la nourriture et l’eau au milieu d’un siège israélien qui a bloqué l’entrée des approvisionnements dans la bande de Gaza. Mais le complexe est équipé de panneaux solaires, ils disposent donc de quelques lumières, d’un accès Internet et peuvent recharger leurs téléphones.

Le travail humanitaire s’est arrêté alors que Shawa et ses collègues se concentrent sur leurs familles.

« L’inquiétude s’installe désormais, à tel point que nous devons être préparés à tous les scénarios », a déclaré Shawa, directeur national d’Oxfam basé à Gaza, à l’Associated Press lors d’un appel vidéo. « Il n’y a pas vraiment de réponses, parce que la destruction, l’ampleur de la destruction, à laquelle nous avons assisté est terrifiante. »

« Je parlais à quelqu’un (et ils m’ont demandé) pourquoi n’as-tu pas décidé de rester ? … Je suis à Gaza parce que je veux être à Gaza. Je veux dire, en général, avec ma famille. Mais en même temps, je vais me voir souffrir, moi et mes filles. Donc, s’il y a une chance que je puisse empêcher cela, je le ferais.

Selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, environ 500 000 personnes, soit près d’un quart de la population de Gaza, se réfugient dans les écoles et autres installations de l’ONU sur tout le territoire. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que 2 450 Palestiniens ont été tués et 9 200 autres blessés au cours d’une semaine de frappes aériennes israéliennes qui ont rasé des immeubles d’habitation, des bureaux et des mosquées.

Maintenant que sa famille est en sécurité, du moins pour le moment, Shawa pense à la suite.

Les événements de la semaine dernière ont rappelé aux Palestiniens les centaines de milliers de personnes qui ont été forcées de quitter leurs foyers et sont devenues des réfugiés après la création d’Israël en 1948. Certains parlent désormais d’habitants de Gaza évacués vers le désert du Sinaï en Égypte. dit-elle.

« Nous ne voulons plus être des réfugiés », a déclaré Shawa. « Mais dans quelle mesure pouvez-vous supporter la souffrance, pouvez-vous supporter cette possibilité de perdre la vie ? »

Mais en tant que parent, Shawa s’inquiète plus pour ses enfants que pour sa propre sécurité.

« Perdre la vie, c’est bien, c’est la volonté de Dieu », a-t-elle déclaré. « Mais la souffrance, voir nos enfants déchirés ou gravement blessés, etc., ne pas pouvoir les soigner, les hospitaliser. C’est vraiment au-delà de toute réflexion.

Danica Kirka, Associated Press