Une mère de la Colombie-Britannique utilise des rubans pour honorer son fils décédé et faire la lumière sur la maladie mentale

Une femme de Courtenay a lancé une campagne de rubans à la mémoire de son fils – qui s’est suicidé à 31 ans – et des nombreux autres qui luttent en silence.

Judi Hills a contacté des voisins de la région de Puntledge Park, espérant qu’ils attacheraient un ruban violet ou bleu sarcelle à un arbre ou à un poteau de clôture en guise de geste de sensibilisation à la santé mentale et à la prévention du suicide.

“Le soutien a été incroyable et beaucoup prévoient de le faire”, a déclaré Hills, qui espère qu’une mer de sarcelle et de violet sera créée au-delà de son quartier.

Son fils, Sam, était membre des Forces canadiennes au moment de sa mort. Une séparation de mariage et une affectation dans une autre ville l’avaient laissé se sentir isolé, surtout pendant COVID. Elle a dit qu’il luttait contre les démons de l’estime de soi, de la dépression et de l’anxiété.

Sam a mis fin à ses jours au petit matin du 19 août 2021. La phrase «Je ne veux plus faire ça» résonne dans la tête de Judi parce que son fils lui a dit ces mots quelques heures seulement avant sa mort.

“Je savais qu’il avait du mal cette nuit-là, mais je pensais qu’il allait mieux à la fin de notre appel”, a-t-elle déclaré. « Il a promis de m’appeler demain matin. Mais cet appel n’est jamais venu. Un appel différent m’a réveillé ce matin-là et cela a changé ma vie pour toujours.

Judi a déclaré que Sam avait lutté toute sa vie pour s’intégrer. Il était gentil et s’est lié d’amitié avec ceux qui n’avaient pas d’amis, et s’est mis en quatre pour faire rire les gens.

“Il a rendu son dernier souffle seul, laissant un monde dans lequel il ne pensait pas avoir d’importance”, a déclaré Judi. «Mais il comptait. A tant de personnes. Il était aimé. Et il nous manque. C’est le dernier mois de l’année auquel mon fils a participé. Nous devons mettre fin à la stigmatisation. Je ne veux pas qu’un autre parent ou une famille ait à ressentir ce que je ressens maintenant.

Elle a déclaré que davantage d’argent du gouvernement doit être investi pour aider ceux qui luttent – ​​et qui ont besoin d’un accès plus facile aux services de santé mentale.

“Nous devons être plus gentils les uns envers les autres”, a-t-elle déclaré. « Le nombre de suicides ne cesse de grimper à un rythme alarmant. Nous devons faire plus.

Si quelqu’un vit une crise de santé mentale, la ligne de crise de l’île de Vancouver est disponible 24 heures sur 24 au 1-888-494-3888. Les gens peuvent également appeler le 911 ou se rendre aux urgences.

À Courtenay, les personnes cherchant de l’aide pour les services de santé mentale et de toxicomanie pour adultes peuvent appeler le 250-331-8524.


reporter@comoxvalleyrecord.com
Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter

Crise de suicide en santé mentale dans la vallée de Comox