Une manifestation contre le pipeline de Vancouver bloque la circulation

Les opposants au gazoduc Coastal GasLink actuellement en construction dans le nord de la Colombie-Britannique sont descendus dans les rues de Vancouver lundi, bloquant brièvement la circulation en direction nord sur le pont de la rue Cambie.

Le rassemblement et la marche ont commencé à 10h00 à l’hôtel de ville de Vancouver où le chef héréditaire des Wet’suwet’en Na’moks s’est adressé à la foule au sujet de son opposition au pipeline CGL à travers le territoire non cédé des Wet’suwet’en.

“C’est notre terre, c’est notre air et l’humanité devrait s’unir pour protéger cela pour tout le monde”, a-t-il déclaré.

Il a ensuite conduit plusieurs dizaines de personnes lors d’une marche vers le centre-ville qui comprenait un arrêt de 15 à 20 minutes sur la chaussée à mi-chemin du pont de la rue Cambie.

Le chef Na’moks effectue actuellement une tournée pancanadienne des villes et des communautés autochtones afin de sensibiliser le public au problème et à la manière dont la GRC militarisée a mené des raids sur les terres souveraines des Wet’suwet’en.

Des dizaines de défenseurs des terres ont été arrêtés au cours des trois dernières années par la GRC en exécution d’une ordonnance de la Cour suprême de la Colombie-Britannique de 2019 délivrant une injonction temporaire qui empêche quiconque d’interférer avec l’accès à une route menant à un chantier de CGL.

“Ils franchissent nos portes avec des haches et des scies électriques, avec des tireurs d’élite debout là, avec des chiens d’attaque, et le moins que nous puissions faire est d’essayer de les tenir responsables”, a déclaré le chef Na’moks en détaillant une poursuite civile que les membres de la communauté ont déposé contre la GRC.

Les chefs héréditaires Wet’suwet’en sont à Vancouver à l’invitation du Tsleil-Waututh Nation Sacred Trust, qui s’oppose à l’expansion du pipeline TransMountain traversant le territoire non cédé des Tsleil-Waututh.

“Ce qu’ils font est conforme à leur loi pour protéger ce qu’ils aiment”, a déclaré Rueben George, porte-parole de Tsleil-Waututh Nation Sacred Trust. “Ce n’est pas seulement pour les Wet’suwet’en. Ils le font pour tout le monde. “

Les dirigeants autochtones ont également été rejoints par des militants pour le climat du groupe Stop Fracking Around, qui veut voir la fin de toute fracturation hydraulique au Canada.

“Toute extraction de combustible fossile ne fait qu’exacerber le problème que nous voyons déjà avec la fonte des glaciers et la sécurité de l’eau potable”, a déclaré Christine Thuring, l’une des organisatrices de ce groupe.

CGL affirme que le projet est déjà achevé à 70 % et que les travaux se poursuivent pour terminer le pipeline.

Le chef Na’moks dit que son peuple et ses partisans continueront à se battre contre cela et contre l’injonction du tribunal.

« C’est notre territoire. Nous sommes des non-traités non cédés. Nous avons 22 000 kilomètres carrés », a déclaré le chef Na’moks. « C’est le territoire du peuple Wet’suwet’en et nous continuerons d’y accéder.

Le projet Coastal GasLink comprend la construction d’un pipeline de 670 kilomètres qui transportera du gaz naturel à travers le nord de la Colombie-Britannique jusqu’au terminal de LNG Canada à Kitimat. Une fois au terminal, le gaz sera liquéfié et expédié aux clients internationaux.