Une femme terrifiée violée par un dentiste qui a maculé du sang dans sa bouche alors qu’elle «  se préparait à la mort  »

Une femme TERRIFIÉE a été violée par un dentiste qui a maculé du sang dans sa bouche alors qu’elle «se préparait à la mort».

Elle a été attachée à un lit tandis que Jebson John Pidgeon Herrod, 37 ans, a également mis des excréments dans sa bouche et s’est cassé la mâchoire.

Jebson John Pidgeon Herrod a maculé du sang dans la bouche de sa victime
L'ancien dentiste l'a battue jusqu'à ce qu'elle s'évanouisse

L’ancien dentiste l’a battue jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse

L’ancien dentiste du Queensland, en Australie, a été emprisonné pendant sept ans pour l’agression en octobre 2015 – mais il pourrait être libéré l’année prochaine.

Sa victime a déclaré au tribunal de district de Brisbane: «Quand j’ai été agressée sexuellement et que j’ai goûté aux excréments et au sang qui avaient été frottés sur mes dents, j’étais tellement choquée que j’aurais aimé être morte.

«J’attendais, pleurais, suppliais, figée de terreur, me demandant ce qu’allait ressentir la mort et espérant et priant que ma Nan m’attendait.

Herrod, qui a un trouble de la personnalité, l’a maltraitée jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse et sourit à son réveil parce qu’il pensait qu’il l’avait tuée.

Il a pris un couteau dans une autre pièce pour la libérer des attaches – et sa victime, soulagée d’être en vie, a remercié son violeur pour sa «gentillesse» en lui épargnant la vie.

Elle a ajouté: «Il m’a serré dans ses bras après m’avoir violemment agressé pendant des heures. Il s’est endormi pendant que j’essayais de rester immobile.

Son avocat Terry Morgan a déclaré au tribunal que le violeur ne pouvait pas se souvenir de ses crimes et a montré des remords en écrivant des excuses.

Mais le juge Leanne Clare a rejeté cette affirmation, décidant que Herrod montre « des traits d’auto-absorption » et un besoin de « dominer ceux qui lui causent l’offense ».

Elle a ajouté: «Il a infligé de la douleur et de l’humiliation simplement parce qu’il le voulait.

«Un trouble de la personnalité n’est pas un problème de santé mentale qui nuit à votre capacité pertinente.

« C’est une explication partielle mais cela n’allège pas votre responsabilité. »

Il sera éligible à la libération conditionnelle en octobre 2023.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments