Une femme qui «  a trouvé un homme violant une victime de maladie mentale a enregistré l’attaque et l’a publiée sur les réseaux sociaux au lieu de la sauver  »

Les policiers ont critiqué une femme qui aurait trouvé un homme en train de violer une victime souffrant de maladie mentale et ont ENREGISTRÉ l’attaque au lieu de la sauver.

Des images téléphoniques de l’horrible attaque sexuelle ont ensuite été publiées par la femme sur les réseaux sociaux, ont déclaré des policiers choqués en Afrique du Sud.

Des images de l’horrible attaque sexuelle ont été publiées par la femme sur les réseaux sociaux, selon les flicsCrédit: Alamy

Malgré le fait que la femme connaissait la victime présumée, on prétend qu’elle n’a pas informé sa famille ou la police de l’attaque, rapporte IOL News.

Ce n’est que lorsque la sœur de la victime a vu les images nauséabondes que les flics ont été appelés et que le violeur présumé et la femme qui aurait filmé la vidéo ont été arrêtés.

La femme a ensuite été inculpée de crimen injuria – atteinte délibérée à la dignité de quelqu’un – et relâchée sur avertissement.

Le violeur présumé a fait sa première apparition au tribunal de première instance de Bafokeng à Tlhabane lundi et a été placé en détention provisoire.

Le viol présumé s’est produit en plein jour dans une colonie juste à l’extérieur de Rustenburg, dans le nord-ouest du pays, le 28 mars.

Lors de l’enregistrement de l’agression sexuelle présumée, la femme a déclaré: «Pourquoi lui faites-vous ça? Ne fais pas ça.

Bien que les violeurs présumés savaient qu’il était enregistré et que la victime criait à l’aide, il n’a pas arrêté, affirme-t-on.

Le commissaire provincial de la police, le lieutenant-général Sello, a condamné l’incident ainsi que la femme pour ce qu’elle a fait.

«Au lieu de dénoncer à la police, elle l’a diffusé sur les plateformes de médias sociaux», a-t-il déclaré.

La force a maintenant exhorté le public à s’abstenir de diffuser la vidéo.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.