Skip to content

(Reuters) – L'Agence mondiale antidopage (AMA) a déclaré jeudi qu'une étude qu'elle avait menée a montré qu'il n'y avait pas d'association significative entre un athlète bénéficiant d'une dérogation pour usage thérapeutique et le fait de gagner une médaille olympique.

Les autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) sont des autorisations spéciales accordées par des organisations antidopage qui permettent à un athlète d'utiliser une substance interdite tant qu'il existe un besoin médical légitime.

L'étude a examiné les cinq Jeux Olympiques d'été et d'hiver entre 2010 et 2018 et a recherché une association pour déterminer si les athlètes avec AUT ont gagné plus de médailles que ceux sans.

Lors des Jeux olympiques analysés – Vancouver 2010, Londres 2012, Sotchi 2014, Rio de Janeiro 2016 et Pyeongchang 2018 – l'AMA a déclaré que les athlètes ont concouru avec une AUT dans 0,9% des compétitions d'athlètes et remporté 21 médailles.

Le rapport de risque pour gagner une médaille avec une AUT, selon l'AMA, était de 1,13.

Le directeur médical de l'AMA, Alan Vernec, qui a mené l'étude avec le responsable des AUT de l'organisme antidopage David Healy, a déclaré que les données suggèrent "aucune association significative" entre la compétition avec une AUT et la probabilité de gagner une médaille.

Vernec a qualifié le programme AUT d'une partie nécessaire du sport qui permet aux athlètes ayant des conditions médicales légitimes de concourir sur un pied d'égalité et a déclaré qu'il était largement accepté par les athlètes, les médecins et les acteurs antidopage.

"Le pourcentage d'athlètes ayant des AUT concourant dans le sport d'élite et l'association avec des médailles gagnantes a été une question de spéculation en l'absence de données validées sur les concurrents", a déclaré Vernec dans un communiqué de presse.

«Les Jeux Olympiques offrent une occasion unique d'analyser le sport au plus haut niveau avec un groupe clairement défini d'athlètes en compétition.

«Les données ont montré que le nombre d'athlètes en compétition avec des AUT valides (dans les compétitions individuelles) aux Jeux sélectionnés était inférieur à 1%.

"De plus, l'analyse suggère qu'il n'y a pas d'association significative entre la compétition avec une AUT et la probabilité de gagner une médaille."

Reportage de Frank Pingue à Toronto, édité par Ed Osmond

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.