Une étape sinistre : le bilan des journalistes tués dépasse les 53 alors qu’Israël tue davantage de journalistes à Gaza et au Liban

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMIE HOMME BON: Cela a été encore une fois 24 heures dévastatrices à Gaza et dans le sud du Liban pour les journalistes couvrant les 46 jours de bombardements israéliens. La chaîne de télévision Al Mayadeen, basée à Beyrouth, vient d’annoncer que deux de ses journalistes ont été tués aujourd’hui dans une frappe aérienne israélienne au sud du Liban. Le réseau affirme que le correspondant Farah Omar et le caméraman Rabih Al-Me’mari ont été délibérément visés par un avion de guerre israélien après avoir couvert le dernier bombardement israélien du sud du Liban.

Pendant ce temps, dans le nord de Gaza, Ayat Khaddura, une présentatrice de contenu numérique et de podcast de 27 ans, aurait été tuée avec sa famille lors d’une frappe aérienne israélienne. Voici Ayat, l’un de ses derniers reportages vidéo.

AYAT KHADDURA: [translated] C’est peut-être la dernière vidéo pour moi. Aujourd’hui, l’occupation a largué des bombes au phosphore sur la zone du projet Beit Lahia et des bombes assourdissantes effrayantes et a lancé des avis d’évacuation dans la zone. Et bien sûr, presque toute la zone a été évacuée. Tout le monde s’est mis à courir follement dans les rues. Personne ne sait ni où il va ni d’où il vient. Nous sommes séparés, bien sûr. Moi et quelques autres sommes restés chez nous, tandis que les autres ont été évacués et nous ne savons pas où ils sont allés. La situation est très effrayante. La situation est très terrifiante. Ce qui se passe est très difficile. Que Dieu ait pitié de nous.

AMIE HOMME BON: Dimanche, le chef de la Maison de presse de Gaza a également été tué par l’armée israélienne. Belal Jadallah se dirigeait vers le sud de Gaza lorsqu’il a été tué par un obus de char israélien dans le quartier de Zeitoun, dans la ville de Gaza. Belal était connu comme le « parrain » du journalisme palestinien. Il a contribué à former des générations de journalistes, a accueilli des correspondants étrangers et les a parrainés lorsqu’ils couvraient la bande de Gaza.

Le Comité pour la protection des journalistes a annoncé lundi qu’une sombre étape avait été franchie avec au moins 50 journalistes et professionnels des médias tués depuis le 7 octobre. Quarante-cinq des journalistes étaient palestiniens. Il y a eu trois journalistes israéliens tués et au moins trois journalistes libanais tués. CPJ rapporte que 11 journalistes ont été blessés, trois sont portés disparus et 18 ont été arrêtés. Selon CPJle mois et demi écoulé a été la période la plus meurtrière pour les journalistes couvrant le conflit depuis que le groupe de médias a commencé à suivre ces décès, il y a plus de 30 ans.

Nous nous rendons maintenant à Philadelphie, où nous sommes rejoints par Sherif Mansour, coordinateur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du Comité pour la protection des journalistes.

Shérif, bon retour à La démocratie maintenant !, dans des circonstances horribles. Le secrétaire général de l’ONU affirme que le nombre de morts civiles est « sans précédent et sans précédent ». Bien entendu, les journalistes sont des civils. En me réveillant ce matin, j’ai reçu un texto après l’autre, d’abord la jeune femme et son caméraman au sud du Liban tués environ une heure après qu’elle ait posté un reportage vidéo. Elle se tient dans un champ au sud du Liban et parle des militaires israéliens qui tuent des civils. Elle et son caméraman sont alors frappés et tués. Et puis, alors que j’apprends leurs noms, un autre texte arrive. Cette jeune journaliste du nord de Gaza est tuée, alors même qu’elle le dit dans son reportage : « J’ai peur de mourir ». Pouvez-vous parler de ces dernières nouvelles et ensuite d’un homme que vous avez connu, qui a travaillé avec vous sur un CPJ rapport, le chef de l’association des journalistes de Gaza, également tué dans une frappe aérienne ?

Chérif MANSOUR: Merci, Amy, de m’avoir reçu.

Je me souviens avoir participé à votre émission il y a un peu plus d’un mois et avoir dit que, pour les journalistes de la région, c’était une période mortelle. Et c’était la semaine la plus meurtrière à l’époque. C’est devenu le mois le plus meurtrier et maintenant les six semaines les plus meurtrières de notre histoire. Je n’exagérais pas. Je ne spéculais pas.

L’assassinat de Belal Jadallah, qui nous a aidés à documenter cette tendance meurtrière de journalistes tués par les tirs israéliens pendant 21 ans – rien qu’en mai, nous avons dressé le profil de 20 journalistes. La majorité, 18 personnes, étaient des Palestiniens. Et lui, Jadallah, son centre a aidé à les identifier, ainsi que leurs familles, et à nous procurer leurs photos. Et dimanche, il a été victime de ce même schéma meurtrier lorsqu’il a été tué dans sa voiture. Jadallah a également fourni des équipements de sécurité essentiels aux journalistes afin qu’ils puissent faire leur travail en toute sécurité. Et il a ouvert la Maison de la Presse pour que les journalistes puissent utiliser l’électricité et Internet lorsqu’il n’y avait pas d’autre endroit.

Ce schéma mortel a déjà existé. Cela devient chaque jour plus mortel. Nous enquêtons aujourd’hui sur trois autres meurtres, qui s’ajoutent aux 50 d’hier. Nous n’avons jamais rien vu de pareil. C’est sans précédent. Et pour les journalistes de Gaza en particulier, le risque exponentiel est probablement le plus dangereux que nous ayons vu. Des journalistes ont été tués très tôt aux deux points d’entrée et de sortie de Gaza : au sud, au terminal de Rafah ; au nord, le passage d’Erez. Et depuis, ils ont été tués partout entre les deux. Ils ont été tués dans le sud de la ville de Rafah, à Khan Younis, où on leur avait dit que tout serait en sécurité. Ils ont été tués en plein milieu de la bande de Gaza. Et ils ont été tués dans le nord, dans la ville de Gaza. Ils n’ont aucun refuge. Ils n’ont pas de sortie.

JUAN GONZALEZ : Cherif, pourriez-vous également parler des arrestations de journalistes à Gaza et dans les territoires occupés ? Votre organisation a également critiqué Israël pour sa censure de la presse en Israël. Pourriez-vous également en parler ?

Chérif MANSOUR: Eh bien, nous avons documenté séparément de la liste des victimes, qui comprend les journalistes portés disparus et blessés, l’escalade des arrestations. Hier, 18 journalistes palestiniens de Cisjordanie ont été arrêtés. Beaucoup d’entre eux ont été placés en détention administrative, dans le cadre de poursuites militaires. À cela s’ajoutent des dizaines de cas de censure, de censure directe, de cyberattaques, d’agressions physiques, d’obstruction à la couverture médiatique en Cisjordanie et en Israël.

En Israël, une législation d’urgence a donné au gouvernement pour la première fois le pouvoir sans précédent de fermer une organisation médiatique internationale, notamment en agissant sur Al Mayadeen – dont deux journalistes ont été tués aujourd’hui au Liban – en les interdisant en Israël et en autorisant également le gouvernement à d’emprisonner même des journalistes israéliens pour une durée pouvant aller jusqu’à un an en raison de soupçons et de ces accusations de atteinte au moral national et à la sécurité nationale.

JUAN GONZALEZ : De plus, ici aux États-Unis, les médias commerciaux couvrent beaucoup la guerre, la guerre israélienne à Gaza, mais ce sont tous des journalistes américains qui sont essentiellement basés en Israël, et il n’y a aucun journaliste américain que je connais. J’ai vu que c’était en fait à Gaza. Et ceux qui y entrent n’y vont qu’avec l’armée israélienne et à la condition qu’Israël doive examiner au préalable l’intégralité de leur bande vidéo et l’approuver avant qu’elle puisse être diffusée. Je me demande ce que vous pensez de la façon dont le peuple américain… quel genre d’histoire il reçoit à cause de ces conditions ?

Chérif MANSOUR: Eh bien, ces conditions font courir le plus grand risque aux photojournalistes et pigistes palestiniens locaux. Ce sont eux qui sont en première ligne. Ce n’est pas le cas – nous avons constaté une diminution du nombre de médias internationaux et de journalistes internationaux à Gaza au fil des années en raison des risques encourus. Et ce sont aujourd’hui les journalistes palestiniens qui subissent le plus gros de ce risque et de ce lourd tribut.

Bien sûr, à ces pertes, la censure s’accompagne également de coupures de communication car, jusqu’à présent, depuis le début de la guerre, il s’agit plus souvent de coupures d’information, et pas seulement de coupures de communication. Et bien sûr, cela prive les journalistes d’une voix. Cela prive également les gens de la région et du monde d’une couverture médiatique essentielle, d’informations vitales pour 2 millions de Palestiniens qui luttent actuellement pour trouver de la nourriture, de l’eau potable et un abri, mais pour des millions et des centaines de millions de personnes dans le monde entier qui suivent ce conflit déchirant. et essayez de le comprendre, y compris aux États-Unis

AMIE HOMME BON: Ainsi, comme Juan l’a dit, Sherif, vous l’avez fait – l’armée israélienne dit qu’elle ne peut pas garantir la vie des journalistes qui se rendent à Gaza. Début novembre — je repense à il y a quelques semaines — l’agence de presse palestinienne a rapporté que son journaliste Mohammad Abu Hattab avait été tué lors d’une frappe israélienne contre sa maison dans le sud de la bande de Gaza, ainsi que 11 membres de sa famille, dont son épouse, fils et frère. Son collègue, le journaliste Salman Al-Bashir, a fondu en larmes lors d’une émission en direct après avoir appris le meurtre d’Abou Hattab. Pendant qu’il parlait, Al-Bashir a arraché son casque et son gilet de protection, étiquetés « presse », et les a jetés au sol. Et puis il y a eu un écran partagé, alors qu’il arrachait son équipement, disant : « Pourquoi est-ce qu’on prend la peine de porter ça si nous allons être tués de toute façon ? » Ils ont montré la présentatrice du studio d’information palestinien alors qu’elle pleurait tandis qu’Al-Bashir arrachait son casque et son gilet de protection. Votre réponse à cette situation et à toute cette question du journalisme intégré est le seul moyen pour les médias américains d’obtenir ces informations à l’intérieur de Gaza, où leurs reportages sont examinés, et où les journalistes gazaouis sur le terrain sont tués les uns après les autres, des dizaines de journalistes palestiniens tué?

Chérif MANSOUR: Eh bien, l’armée israélienne ne peut pas échapper à sa responsabilité, en vertu du droit international, de ne pas recourir à une force meurtrière injustifiée contre les journalistes et contre les installations médiatiques. Cela constituerait un possible crime de guerre. Nous avons évoqué directement avec les responsables israéliens la nécessité pour eux de réformer les règles d’engagement, de respecter les insignes de la presse et de garantir l’existence de garanties et de contrôles en présence de civils et de journalistes. Nous avons appelé les alliés israéliens, y compris le gouvernement américain et les alliés européens, à soulever directement et publiquement ces questions avec leurs homologues israéliens. Et nous avons demandé au Conseil de sécurité de l’ONU d’inclure la sécurité des journalistes sur le…