Skip to content

C'est le moment terrifiant où une équipe de télévision a été pourchassée à Londres après avoir été attaquée en direct à l'antenne lors de la manifestation Black Lives Matter.

Le correspondant australien Ben Avery et son caméraman Cade Thompson tournaient sur Whitehall lorsque des sections de la manifestation, pour la plupart pacifiques, sont devenues laides.

Ils ont été assaillis par des jeunes frénétiques qui bousculaient l'équipage et perturbaient la diffusion tout en scandant 'f *** the media!'.

Avery et son équipe ont reculé, mais les manifestants les ont traqués dans la rue, lui ont arraché le microphone de la main et les ont traqués jusqu'à la place du Parlement.

Le rassemblement largement pacifique, inspiré par le meurtre de l'Américain George Floyd, s'était réuni à Hyde Park avant de marcher sur Westminster, où une partie de la foule est devenue violente, entraînant 13 arrestations.

Hier soir, les affrontements avec la police se sont poursuivis, y compris à l'extérieur de Downing Street, où de prétendus manifestants ont abattu des barrières.

Face à une foule enflammée, certains agents de police étaient agenouillés sur le sol – une action associée au mouvement Black Lives Matter depuis que la star de la NFL, Colin Kaepernick, a refusé de représenter l'hymne national américain.

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Une équipe de télévision australienne a été assaillie par des jeunes frénétiques qui ont bousculé l'équipe et perturbé la diffusion tout en scandant 'f *** the media!' pendant le tournage à Westminster, Londres

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Le rassemblement Black Lives Matter, largement pacifique, s'était réuni à Hyde Park avant de marcher sur Westminster, où une partie de la foule est devenue violente, entraînant 13 arrestations.

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Des policiers à l'extérieur de Downing Street se mettent à genoux devant des milliers de manifestants Black Lives Matters manifestant contre le meurtre de George Floyd

Met donne le feu vert aux PC pour se mettre à genoux

La police métropolitaine a donné son feu vert à ses agents qui se sont agenouillés lors de la manifestation Black Lives Matter hier, tandis que le syndicat a déclaré que le geste "montre que nous sommes des êtres humains".

Plusieurs officiers ont adopté la pose emblématique à l'appui des manifestations antiracistes à Londres qui ont été déclenchées par la mort de George Floyd aux États-Unis et balayent désormais le monde.

C'est la première fois que la police britannique utilise cette position audacieuse et ceux qui l'ont fait en dehors de Downing Street ont été applaudis avec des cris et des acclamations de la foule.

Dans un communiqué, Scotland Yard a déclaré: «  Nous savons que les passions sont élevées et, comme tout le monde, nous avons été consternés par les images de George Floyd qui a perdu la vie.

«Nos agents font partie des communautés de Londres et se soucient profondément de la justice et de l'égalité.

«  Prendre le genou est une décision personnelle et si chaque officier, à sa seule discrétion, lorsque cela était sécuritaire et n'interfère pas avec ses fonctions opérationnelles, décide de s'agenouiller à genoux avec les Londoniens, il est libre de le faire. . '

Le correspondant de Nine News a révélé plus tard qu'il soignait une blessure après avoir pris une bouteille volante au visage.

Et il a décrit comment son gardien de sécurité «engageait une quinzaine de personnes» alors qu'il se «mettait en sécurité».

Il a déclaré: «  Nous avions des bouteilles qui volaient, à un moment donné, l'une des bouteilles m'a frappé au visage alors que je m'enfuyais. C'était vraiment assez effrayant.

Avery a tweeté hier soir: «  Merci à tous pour votre inquiétude après cela. Cela avait été une manifestation pacifique jusqu'à ce que les choses tournent tard.

«Le microphone a été tiré de ma main et nous avons été chassés dans la rue par un grand groupe.

"Un grand merci au cameraman solide comme le roc Cade Thompson, notre garde de sécurité et notre police."

Malgré les tentatives de glisser son appareil photo, Thompson a réussi à envoyer une émission en direct tout au long de l'épisode effrayant.

Le clip de Nine News montre Avery en reportage sur Whitehall, qui dit immédiatement à son présentateur de télévision dans le studio qu '«il y a eu des affrontements avec nous».

Il est encerclé par un groupe de manifestants supposés qui tentent de se déplacer devant la caméra tout en criant.

Soudain, la caméra tourne comme si elle avait été frappée et l'un des membres de la foule est en train de sprinter à travers un passage souterrain.

Alors qu'il recule, Avery essaie de continuer la diffusion et dit: "Nous avons essayé de nous éloigner du danger ici, mais il nous suit."

Mais le correspondant est interrompu alors que quelqu'un attrape son micro et se déchire, tandis que le gardien de sécurité est vu en train d'essayer de retenir la foule fouettée.

Une partie de la foule se fait entendre en criant comme la voix féminine de la présentatrice de télévision dit "cela montre à quel point c'est dangereux pour nos journalistes".

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Le correspondant Ben Avery a décrit comment son gardien de sécurité «embauchait environ 15 personnes» alors qu'il se «fixait» à la sécurité

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Alors que la police se précipite pour intervenir, Avery et son caméraman dévalent la rue, passent devant la station de métro Westminster et se dirigent vers le palais de Westminster

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Les manifestants jettent des barrières vers les portes de Downing Street lors d'une manifestation contre le racisme à Londres

Un PC qui s'est mis à genou révèle qu'il l'a fait pour montrer que les officiers «ne sont pas racistes»

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

L'un des officiers de la police du Met (photo) qui a pris un genou

Un officier de police de Londres qui a pris le genou devant Downing Street aujourd'hui alors que des milliers de personnes se rassemblaient dans les rues de la capitale pour protester contre la mort de l'Américain George Floyd a révélé qu'il l'avait fait pour montrer à ses collègues "qu'ils ne sont pas racistes".

L'un des officiers de la police du Met qui s'est agenouillé lors de la manifestation Black Lives Matter a révélé: "Je l'ai fait parce qu'en fin de compte, nous sommes tous un."

L'officier, qui est basé dans le nord de Londres, a montré son soutien à la campagne pour la justice pour M. Floyd et a suivi l'exemple donné par les officiers aux États-Unis où le jeune homme de 46 ans est décédé.

L'officier a déclaré: «Je sais que je ne suis pas raciste et je sais que mes collègues ne sont pas racistes, alors pourquoi pas?

«Je suis venu dans le travail pour aider les gens et c'était un beau geste. Certains d'entre nous ont décidé de le faire.

Alors que la police se précipitait pour intervenir, Avery et son caméraman dévalaient la rue, passaient devant la station de métro Westminster et se dirigeaient vers le palais de Westminster.

Un cycliste masqué semble balayer la caméra de Thompson, mais manque.

Le clip se termine avec Avery et Thompson réunis devant les chambres du Parlement où ils sont protégés par des forces de police renforcées.

Décrivant la saga sur Nine News plus tard, Avery a déclaré: «  C'était comme s'il y avait un policier pour chaque manifestant à ce stade, mais cela ne faisait pas beaucoup de différence.

"Ils étaient tellement en colère et ils étaient tellement après nous à ce stade que même l'un des policiers m'a dit qu'ils ne pouvaient pas faire grand-chose."

C'est venu quelques heures après l'autre Un journaliste australien a été attaqué alors qu'il couvrait les manifestations de George Floyd.

Sophie Walsh, 34 ans, a déclaré qu'elle ne pouvait pas compromettre la réalisation de l'attaque survenue le troisième anniversaire de l'attentat terroriste de London Bridge, qui a fait huit morts à coups de couteau et 48 blessés.

Walsh a tweeté aujourd'hui: «  Merci à la police du Met qui a maintenant inculpé l'homme d'hier d'agression, portant une arme offensive et la possession de drogue.

"Il a été placé en détention provisoire et comparaîtra par liaison vidéo devant le tribunal aujourd'hui."

Aujourd'hui, Scotland Yard a réagi aux scènes de leurs officiers agenouillés en solidarité avec le mouvement Black Lives Matter.

Un porte-parole a déclaré: «  Nous savons que les passions sont élevées et, comme tout le monde, nous avons été consternés par les images de George Floyd qui a perdu la vie.

«Nos agents font partie des communautés de Londres et se soucient profondément de la justice et de l'égalité. Prendre le genou est une décision personnelle et si les officiers individuels à leur discrétion, lorsque cela était sécuritaire et n'interfère pas avec leurs fonctions opérationnelles, décident de s'agenouiller à genoux avec les Londoniens, ils sont libres de le faire. "

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Les manifestants se tiennent sur la statue de l'ancien Premier ministre britannique Winston Churchill lors d'une manifestation sur la place du Parlement à Londres

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Sophie Walsh et son caméraman Jason Conduit ont rejoint l'émission Today pour discuter de l'incident jeudi matin, 12 heures après l'attaque initiale

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Walsh a déclaré que son caméraman Jason Conduit avait pourchassé l'homme alors qu'il était «  armé d'un support léger '' avant que la police ne l'arrête.

Le Met donne le feu vert à la police pour prendre un genou lors de la protestation Black Lives Matter, mais dire que le faire est à la discrétion des officiers

Par James Fielding pour MailOnline

La police métropolitaine a donné son feu vert à ses agents qui se sont agenouillés lors de la manifestation Black Lives Matter hier, tandis que le syndicat a déclaré que le geste "montre que nous sommes des êtres humains".

Plusieurs officiers ont adopté la pose emblématique à l'appui des manifestations antiracistes à Londres qui ont été déclenchées par la mort de George Floyd aux États-Unis et balayent désormais le monde.

C'est la première fois que la police britannique utilise cette position audacieuse et ceux qui l'ont fait en dehors de Downing Street ont été applaudis avec des cris et des acclamations de la foule.

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Les agents de la police métropolitaine se mettent à genoux lors de la protestation d'hier Black Lives Matter à Londres

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Plusieurs officiers ont adopté la pose emblématique à l'appui des manifestations contre le racisme à Londres

Dans un communiqué, Scotland Yard a déclaré: «  Nous savons que les passions sont élevées et, comme tout le monde, nous avons été consternés par les images de George Floyd qui a perdu la vie.

«Nos agents font partie des communautés de Londres et se soucient profondément de la justice et de l'égalité.

«  Prendre le genou est une décision personnelle et si chaque officier, à sa seule discrétion, lorsque cela était sécuritaire et n'interfère pas avec ses fonctions opérationnelles, décide de s'agenouiller à genoux avec les Londoniens, il est libre de le faire. . '

Ken Marsh, président de la Metropolitan Police Federation, a déclaré que ses collègues à genoux étaient une preuve d'empathie et de respect pour la mort de M. Floyd.

M. Marsh a également déclaré qu'il était «  décevant '' que les forces de police britanniques soient comparées à leurs homologues aux États-Unis après la mort de M. Floyd, qui a été coincé par la nuque pendant plus de huit minutes par un officier de Minneapolis.

Il a déclaré à MailOnline: «Je pense que le fait que ces officiers se mettent à genoux lors des manifestations d'hier montre que nous sommes des êtres humains.

«Je pense que cela montre que nous essayons de comprendre ce qui nous est présenté dans une situation très difficile.

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Les officiers qui ont pris le genou à l'extérieur de Downing Street ont été applaudis hier

'Gardez à l'esprit que nous sommes au milieu d'une pandémie qui tue toujours des centaines de personnes chaque jour, vous ne devriez pas avoir une foule de milliers de personnes comme hier, donc beaucoup d'empathie a été montrée en termes de la police.

«Mais l'essentiel, c'est que nous comprenons. Nous comprenons ce qui s'est passé sur l'eau. Personnellement, je ne pense pas que nous soyons quelque chose comme l'Amérique et je trouve décevant que des comparaisons soient faites avec nous et avec les États parce que nous contrôlons par consentement.

"Et cela ressort clairement de la façon dont nos officiers se sont comportés hier lors de la manifestation."

Au moins 15000 manifestants Black Lives Matter, dont l'acteur John Boyega et le chanteur Liam Payne, se sont réunis à Londres, ignorant les lignes directrices en matière de distanciation sociale, en signe de colère contre la mort de M. Floyd il y a 11 jours.

Une équipe de tournage de nouvelles a été attaquée en direct sur les ondes lors de la manifestation Black Lives Matter

Les manifestants s'agenouillent devant la police lors de la manifestation Black Lives Matter à Londres hier

Et au moins 2 000 de ceux qui ont manifesté devant Downing Street, criant «prenez un genou» aux agents de la police métropolitaine gardant les portes de sécurité.

Quatre officiers ont obligé, à l'approbation de la foule, qui a exhorté les autres officiers à suivre l'exemple de leurs collègues.

Un de ces officiers a expliqué ses actions et a déclaré: "Je l'ai fait parce qu'en fin de compte, nous sommes tous un."

Les officiers supérieurs conseillent généralement à la police de s'abstenir de tout comportement susceptible de remettre en cause leur impartialité.

Mais l'officier, basé dans le nord de Londres, a déclaré: «Je sais que je ne suis pas raciste et je sais que mes collègues ne sont pas racistes, alors pourquoi pas?

«Je suis venu dans le travail pour aider les gens et c'était un beau geste. Certains d'entre nous ont décidé de le faire.

Le mouvement 'genou' a commencé aux États-Unis avec la star de la NFL Colin Kaepernick et est devenu un symbole de colère et de solidarité contre le racisme à travers le monde.

Aux États-Unis, des policiers ont récemment commencé à se mettre à genoux pour soutenir des manifestants après des jours de troubles après le meurtre de M. Floyd aux mains de la police.

Dans la perspective de la manifestation d'hier à Londres, le Met a publié une déclaration empathique avec ceux qui étaient en colère contre la mort de M. Floyd.