Dernières Nouvelles | News 24

Une entreprise ayant des liens avec la Chine remporte un contrat avec la GRC

Les responsables fédéraux ont déclaré qu’ils examineraient un contrat attribué à une entreprise canadienne l’année dernière, compte tenu des liens de son organisation mère avec le gouvernement chinois.

L’entreprise ontarienne Sinclair Technologies Inc. a reçu en octobre 2021 un contrat d’une valeur de 549 637 $ pour des filtres de radiofréquence.

CTV News a également trouvé un certain nombre d’autres contrats, d’une valeur de plus de 90 000 $ chacun, attribués à Sinclair Technologies depuis l’achat de sa société mère en 2017, notamment avec la GRC, Pêches et Océans Canada et le ministère de la Défense nationale.

Le contrat du MDN n’a aucune valeur associée mais impliquait la livraison d’antennes aux bases. Les contrats suggèrent que le gouvernement attribue des contrats à Sinclair depuis au moins 2009.

En 2017, Hytera, qui appartient en partie au gouvernement chinois, a acheté la société mère de Sinclair Technologies, Norsat.

Non seulement les produits d’Hytera sont interdits de vente ou d’importation aux États-Unis pour des raisons de sécurité nationale, mais la société est également confrontée à 21 infractions liées à l’espionnage, notamment un complot avec d’anciens employés de Motorola pour voler des secrets commerciaux.

La GRC a fourni une déclaration à CTV News indiquant que les communications radio de la force sont protégées par un cryptage de bout en bout et que l’équipement de filtrage des radiofréquences “ne pose aucun problème de sécurité et ne permet pas l’accès aux communications radio”.

“Le contrat a été attribué conformément aux politiques et réglementations en matière d’approvisionnement du gouvernement fédéral et conformément aux accords commerciaux”, indique le communiqué.

“SPAC (Services publics et Approvisionnement Canada) a agi à titre d’autorité contractante pour l’entente d’offre à commandes. La GRC a appuyé SPAC pour s’assurer que les exigences opérationnelles étaient respectées.”

CTV News a contacté SPAC et le MDN mais n’a pas reçu de réponse. Pêches et Océans Canada n’a pas été en mesure de répondre avant la date limite de CTV.

Dans un communiqué, Sinclair a déclaré qu’il s’agissait d’une entreprise de confiance et indépendante. Il a cité des raisons de confidentialité pour ne pas pouvoir commenter davantage.

La révélation intervient alors que le gouvernement fédéral tente d’adopter une position plus ferme à l’égard de la Chine, dévoilant sa stratégie indo-pacifique en novembre, qui qualifie la Chine de “puissance mondiale de plus en plus perturbatrice”.

Lors d’un point de presse à Montréal mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré qu’il trouvait “déconcertant” qu’au milieu des avertissements concernant l’ingérence étrangère, des parties de la fonction publique du Canada “signent des contrats qui ont des niveaux de sécurité douteux pour nos opérations et nos institutions de sécurité nationale”. comme la GRC.”

“Donc, nous allons absolument suivre cela, découvrir tout d’abord ce qui doit être fait pour garantir que notre technologie de communication est sécurisée, mais aussi nous assurer que nous déterminons comment cela pourrait continuer à se produire. Et faire sûr que le Canada ne signe pas de contrats avec le plus bas soumissionnaire qui se retourne ensuite et (nous) expose à des failles de sécurité », a déclaré Trudeau.

“Nous aurons de vraies questions pour le service public indépendant qui a signé ces contrats et nous ferons en sorte que cela change à l’avenir, il est grand temps que cela se produise.”

“D’UN ROMAN D’ESPIONNAGE”

En réponse à de nombreuses demandes de renseignements pendant la période des questions mercredi sur la Colline du Parlement, la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Helena Jaczek, a déclaré : « Bien sûr, nous sommes conscients des préoccupations entourant le contrat de la GRC avec Sinclair Technologies et notre gouvernement les examine et examine toutes les possibilités Nous prenons toutes les mesures pour assurer l’intégrité de notre infrastructure très, très au sérieux.

S’adressant aux journalistes alors qu’il se rendait à la période des questions, le chef conservateur Pierre Poilievre a déclaré que le contrat devrait être annulé.

“Je veux dire, c’est presque quelque chose que l’on s’attendrait à trouver dans un roman d’espionnage, mais les personnages de romans d’espionnage ne seraient jamais aussi incompétents”, a déclaré Poilievre.

“Donc, le Premier ministre doit assumer la responsabilité de son propre gouvernement, plutôt que d’essayer de blâmer tout le monde tout le temps, et d’expliquer pourquoi il a mis en place un système qui a permis à ce contrat d’aller de l’avant.”

Il a ajouté: “Je pense que nous, en tant que gouvernement, nous en tant que pays, ne devrions pas autoriser les pays, les gouvernements et les entreprises publiques connus pour l’espionnage à vendre des technologies liées à nos télécommunications dans ce pays, car cela augmente les risques. d’espionnage et d’autres problèmes de sécurité.”

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré aux journalistes sur la Colline du Parlement qu’il avait demandé aux fonctionnaires d’examiner les détails du contrat et de revoir comment il avait été attribué.

“Nous sommes grands ouverts sur les menaces posées par les États hostiles et les acteurs non étatiques, et cela inclut la RPC (République populaire de Chine)”, a-t-il déclaré.

“L’une des raisons pour lesquelles nous avons mis en place un processus qui examine les opportunités potentielles ou les vecteurs d’ingérence étrangère dans le cadre des contrats, c’est pour protéger les intérêts nationaux canadiens, pour garantir notre sécurité nationale.”

S’exprimant mercredi sur Power Play de CTV, l’ancienne analyste de la sécurité nationale, Stephanie Carvin, a déclaré que la préoccupation n’est pas seulement qu’une entreprise sous contrôle chinois ait reçu de nombreux contrats du gouvernement fédéral, mais qu’elle puisse également saper les entreprises canadiennes.

“Vous ne voulez pas qu’une entreprise sous contrôle chinois fournisse essentiellement la technologie qui sera utilisée dans des opérations de sécurité nationale très sensibles”, a déclaré Carvin.

Apparaissant également sur Power Play de CTV, l’ambassadeur des États-Unis au Canada, David Cohen, a déclaré qu’il ne croyait pas que l’attribution de ces contrats érode la confiance dans le Canada, en utilisant l’exemple d’une ordonnance du gouvernement fédéral en novembre pour que trois entreprises chinoises se départissent de leurs investissements dans les minéraux critiques canadiens. .

“Le monde entier de la cybersécurité, de la propriété chinoise d’entreprises américaines, d’entreprises canadiennes, de contrats avec des entreprises détenues et contrôlées par des Chinois, est incroyablement dangereux et incroyablement compliqué, et l’essentiel est de savoir si la sensibilité est là pour pouvoir regarder ces situations et de prendre des mesures lorsque vous en avez besoin », a-t-il déclaré.


Avec des fichiers du rédacteur et producteur du Bureau parlementaire de CTV News Spencer Van Dyk, de la journaliste parlementaire numérique principale de CTV Rachel Aiello et de Reuters

Articles similaires