Une enquête palestinienne accuse Israël d’avoir intentionnellement tué un journaliste d’Al Jazeera

RAMALLAH, Cisjordanie – L’Autorité palestinienne a annoncé jeudi les conclusions finales d’une enquête de deux semaines sur le meurtre d’une journaliste américano-palestinienne chevronnée, accusant à nouveau les soldats israéliens de l’avoir intentionnellement tuée.

Le procureur général de l’Autorité a déclaré lors d’une conférence de presse à Ramallah, en Cisjordanie, qu’un soldat israélien a tiré sur la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, le 11 mai avec une balle perforante tirée d’un fusil semi-automatique Ruger Mini-14. Il a fondé ses conclusions en partie sur l’examen de la balle à grande vitesse de 5,56 mm qui l’a frappée à l’arrière de la tête.

Les responsables palestiniens ont déclaré qu’ils étaient les seuls à avoir examiné la balle et que ni les autorités israéliennes ni américaines n’étaient autorisées à l’examiner.

“Il a été prouvé qu’un membre des forces d’occupation israéliennes stationné au milieu de la rue a tiré une balle réelle qui a touché le journaliste martyr” directement à la tête, a déclaré le procureur général, Akram Al-Khateeb. Elle a été abattue “alors qu’elle tentait d’échapper aux coups de feu successifs tirés par les soldats de l’occupation”, a-t-il ajouté.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a répondu à l’annonce palestinienne en disant qu’Israël menait toujours sa propre enquête sur son assassinat, ajoutant que toute affirmation selon laquelle l’armée blesse intentionnellement des journalistes est un “mensonge flagrant”.

Les conclusions palestiniennes ont réitéré celles de l’enquête préliminaire de l’Autorité, annoncée deux jours après que Mme Abu Akleh a été tuée au cours d’un raid militaire israélien tôt le matin sur la ville occupée de Jénine en Cisjordanie. Elle portait un gilet pare-balles bleu et un casque marqué du mot « Presse » lorsqu’elle a été abattue.

Un autre journaliste d’Al Jazeera, Ali Samoudi, qui portait également un gilet de protection, a été abattu d’une balle dans le dos.

Image

Crédit…Nasser Nasser/Associated Press

La balle est devenue le centre d’efforts séparés des Palestiniens et des Israéliens pour enquêter sur le meurtre, car les gravures pouvaient la faire correspondre à l’arme qui l’avait tirée. Israël a appelé les responsables palestiniens à partager la balle qui l’a tuée afin qu’Israël puisse voir si elle correspond à un fusil utilisé par l’un de ses soldats le jour de sa mort.