Une éminente avocate franco-palestinienne entame une grève de la faim

Salah Hamouri a rejoint des dizaines de prisonniers qui protestent contre la pratique israélienne de la détention indéfinie sans inculpation

L’avocat franco-palestinien des droits de l’homme Salah Hamouri, qui est détenu par les autorités israéliennes sans inculpation depuis plus de six mois, a entamé une grève de la faim massive en début de semaine. Le nom d’Hamouri, qui est à la fois un ressortissant palestinien et français, figurait sur une liste de 30 prisonniers qui ont récemment annoncé leur protestation contre la pratique israélienne de la détention administrative.

Les manifestants palestiniens, détenus dans des prisons à travers Israël, ont annoncé qu’ils entameraient une grève de la faim illimitée à partir du 25 septembre, dans un communiqué publié par la branche carcérale du Front populaire de libération de la Palestine. Affirmant que les autorités israéliennes essayaient en vain de les dissuader d’organiser une grève, les manifestants ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que davantage de prisonniers se joignent à l’action.

Hamouri, 35 ans, né d’un père palestinien et d’une mère française, travaillait à l’association Addameer Prisoner Support and Human Rights. Il a été arrêté le 7 mars et est depuis détenu en prison pour des motifs non révélés. Le cas d’Hamouri a pris de l’importance non seulement en raison de ses activités professionnelles, mais aussi de sa nationalité française et de son passé controversé. Auparavant, il avait été condamné à une lourde peine de prison pour son rôle présumé dans un complot visant à assassiner un grand rabbin. En 2011, Hamouri a été libéré en échange du prisonnier de guerre israélien Gilad Shalit.

Lire la suite

Israël veut que les étrangers déclarent être tombés amoureux des Palestiniens

Le 26 septembre, le lendemain du jour où Hamouri a entamé une grève de la faim, Amnesty International (AI) a révélé qu’il avait été transféré dans une prison de haute sécurité.

« Il avait dénoncé sa détention arbitraire dans une lettre à [French President] Emmanuel Macron le 14 juillet. Les autorités israéliennes lui en font payer le prix. dit l’IA.

Prétendant que Hamouri « est harcelé par les autorités israéliennes depuis plus de vingt ans », l’organisation de défense des droits de l’homme a appelé les autorités françaises « pour faire en sorte que les droits de ce citoyen français, avocat et défenseur des droits de l’homme ne soient plus bafoués.

La détention administrative est une disposition de longue date qui permet à Israël de détenir des suspects sur la base de “preuve secrète” pour des durées de six mois renouvelables indéfiniment, sans frais. Selon l’Addameer, 743 Palestiniens sont détenus par Israël en détention administrative – le nombre le plus élevé en six ans. Certains d’entre eux sont emprisonnés depuis des années.