Une délégation de la Première Nation de la Colombie-Britannique s’est rendue en Écosse pour discuter du rapatriement du mât commémoratif Nisga’a

Une délégation nisga’a se rend en Écosse pour entamer des discussions sur la restitution d’un mât commémoratif qui a été retiré de la vallée du Nass à la fin des années 1920.

La délégation rencontrera des représentants du National Museum of Scotland, où se trouve actuellement le mât commémoratif Nisga’a.

Selon une déclaration publiée par le gouvernement Nisga’a Lisims (NLG), le mât totémique a été pris en 1929 par l’ethnographe Marius Barbeau, qui l’a ensuite vendu au musée.

Le mât commémoratif Ni’isjoohl a été sculpté et érigé dans les années 1860 pour la maison Ni’isjoohl – l’un des 50 groupes de maisons Nisga’a.

Le mât raconte l’histoire de Ts’wawit, un guerrier qui était le prochain à devenir chef avant d’être tué dans un conflit avec une nation voisine.

Les Nisga’a ont déclaré que le poteau avait été acquis par Barbeau, à une époque où «la collecte contraire à l’éthique et illégale d’effets autochtones par des colons et des anthropologues était courante au Canada».

Le poteau a été pris sans consentement lorsque les membres de House of Ni’isjoohl étaient absents pour la saison annuelle de récolte de nourriture.

« Le mât détient des connaissances importantes dans ses sculptures et peut servir de forme de programme à la prochaine génération pour apprendre un mode de vie Nisga’a à travers l’histoire orale », a déclaré le NLG dans un communiqué.

La délégation, composée de Sim’oogit Ni’isjoohl (chef Earl Stephens), Noxs Ts’aawit (Dr Amy Parent) et Shawna McKay, rencontrera des responsables du National Museum of Scotland le 22 août.

« Ce sera la première fois de mémoire d’homme que les membres de la Maison Ni’isjoohl pourront voir le mât commémoratif de nos propres yeux », a déclaré Sim’oogit Ni’isjoohl (Earl Stephens). “Cette visite sera profondément émouvante pour nous tous.”

Le rapatriement du mât est également assujetti à l’article 12 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, dont le Royaume-Uni est également signataire, a déclaré Noxs Ts’aawit (Dr Parent) qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Éducation autochtone et gouvernance à l’Université Simon Fraser.

“Le rapatriement du pôle de la maison Ni’sjoohl est une étape que le Musée national d’Écosse peut franchir vers la réconciliation par des actions concrètes”, a-t-elle ajouté.

L’accord historique des Nisga’a (1999) a également été le premier traité moderne à inclure des dispositions importantes sur le rapatriement. Depuis septembre 2010, plus de 300 artefacts ont été légalement retournés par le Musée canadien des civilisations et le Royal BC Museum.

En cas de succès, le mât commémoratif Nisga’a serait le deuxième mât à être rapatrié au Canada depuis un musée européen. Le mât Haisla G’psgolox demeure le premier et le seul mât des Premières Nations à avoir été rapatrié dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique depuis le Musée d’ethnographie de Suède en 2006, 79 ans après sa prise.

Une fois rendu, le poteau fera partie d’un projet de recherche plus vaste visant à explorer la philosophie et les pratiques de la tradition de sculpture Nisga’a, a déclaré le NLG.


binny.paul@blackpress.ca
Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter