Skip to content

Entrer! Un troupeau de bovins longhorn retourne au parc Wanstead, classé grade II, dans l’est de Londres après 150 ans pour aider à maintenir des prairies rares

  • Un troupeau de vaches rares a été laissé paître dans l’un des plus anciens parcs de Londres aujourd’hui
  • Le bétail Longhorn a été réintroduit à Wanstead Park dans l’est de Londres
  • Le parc est situé près de la forêt d’Epping, où le bétail longhorn paît depuis des siècles, mais le bétail ne se trouve pas au parc Wanstead depuis plus de 150 ans.

L’un des plus anciens parcs de Londres accueille aujourd’hui un troupeau de vaches rares qui ne sont pas présentes sur le site depuis plus de 150 ans.

Le nouveau troupeau de bovins longhorn a été mis en pâture dans le parc Wanstead, à l’est de Londres, ce matin pour aider à maintenir les prairies acides rares.

L’habitat, qui est maintenant menacé et n’existe que dans des parcelles éparses autour de la capitale, abrite un large éventail de plantes et d’animaux rares et magnifiques, notamment des insectes et des araignées.

Un troupeau de bovins Longhorn revient à Wanstead Park dans l’est de Londres après 150 ans

Un troupeau de bovins Longhorn a été laissé paître dans l’un des plus anciens parcs de Londres aujourd’hui

Un troupeau de bovins Longhorn revient à Wanstead Park dans l’est de Londres après 150 ans

Les vaches ont été réintroduites à Wanstead Park dans l’est de Londres pour la première fois en 150 ans pour aider à maintenir les prairies acides rares.

Il abrite également une variété de papillons, notamment des petites bruyères, du petit cuivre et du bleu commun.

Ces espèces aiment les conditions de sol chaud en été et en automne et dépendent de la vie végétale et des cycles saisonniers propres aux prairies acides.

Le parc se trouve à la lisière de la forêt d’Epping, où le bétail paît depuis 1000 ans.

La réintroduction du bétail ce matin marque le début de l’essai de deux mois de la City of London Corporation en septembre et octobre pour aider à conserver les espèces qui vivent dans le parc classé au grade II.

Un troupeau de bovins Longhorn revient à Wanstead Park dans l’est de Londres après 150 ans

Pour éviter d’avoir à utiliser des clôtures électriques peu attrayantes, le bétail sera empêché d’errer trop loin en utilisant un système de collier de clôture invisible

Graeme Doshi-Smith, président du comité Epping Forest and Commons de la City of London Corporation, a déclaré: «  Notre pilote de pâturage nous aide à identifier de meilleurs moyens de protéger les vues historiques de Wanstead Park tout en conservant un large éventail d’espèces et en soutenant un un équilibre écologique encore meilleur sur le site.

«Le pâturage est utilisé comme moyen naturel de gérer les prairies et les prairies de la forêt d’Epping.

«Dans le cadre de ce programme, nous avons empêché l’empiètement par des broussailles et des herbes plus vigoureuses en faveur de plantes et herbes plus rares ou plus rares, au profit de toute une gamme d’insectes et d’oiseaux.

Un troupeau de bovins Longhorn revient à Wanstead Park dans l’est de Londres après 150 ans

Le parc est situé près de la forêt d’Epping où le bétail longhorn paît depuis des siècles

«C’est excitant de faire paître du bétail patrimonial ici, dans ce parc de l’Est de Londres, juste à la lisière de notre capitale.

L’habitat est menacé par l’avancée de la garrigue et pourrait être perdu s’il n’est pas correctement géré.

Pour éviter d’avoir à utiliser des clôtures électriques peu attrayantes, le bétail sera empêché d’errer trop loin par un système de collier GPS qui crée des signaux audio lorsque les animaux traversent une frontière invisible.

Alors que les défenseurs de l’environnement espèrent que les visiteurs apprécieront de partager le parc avec les vaches, ils demandent aux gens d’éviter de les nourrir ou de les approcher.

L’histoire du bétail au pâturage dans la forêt d’Epping

Un troupeau de bovins Longhorn revient à Wanstead Park dans l’est de Londres après 150 ans

Les bovins anglais Longhorn paissent dans la forêt d’Epping depuis plus de mille ans

Pendant plus de mille ans, les gens ont exercé leur droit de faire paître du bétail dans la forêt d’Epping, dans le cadre du droit des roturiers de le faire.

En 1912, pas moins de 972 bovins erraient librement dans la forêt.

L’ancienne tradition dans la forêt d’Epping s’est perpétuée jusqu’à l’épidémie d’ESB (maladie de la vache folle) au milieu des années 1990, et plus aucun bétail n’a été relâché après 1996.

Un troupeau de bovins anglais Longhorn a été réintroduit pour paître dans une zone de la forêt d’Epping à Fairmead et Chingford en 2002 et depuis lors, des bovins rouges ont également été introduits.

L’importance de leur lien historique avec la forêt – remontant à des milliers d’années – a été prise en compte, ainsi que la valeur de leurs habitudes de pâturage.

Le pâturage permet à plus de fleurs de s’épanouir que le fauchage et il y a eu une perte signalée de certaines espèces d’insectes et un déclin d’autres, y compris les papillons.

Epping Forest a été le premier espace ouvert au monde à utiliser des clôtures invisibles – le fil enterré qui envoie un signal d’avertissement aux colliers que portent le bétail – depuis son introduction en 2011.

Cependant, ceux qui ont vécu près de la forêt pendant de nombreuses années se souviendront des jours précédant les clôtures invisibles où le bétail se promenait dans les villes et villages voisins.

C’était un spectacle courant de voir des vaches errer sur la route et grignoter des fleurs dans les jardins devant les gens.

Publicité