Dernières Nouvelles | News 24

Un tribunal ontarien invalide le projet de loi 124

Un tribunal ontarien a invalidé un projet de loi controversé qui limitait les salaires des travailleurs du secteur public.

Plusieurs syndicats et travailleurs touchés par le projet de loi 124 se sont opposés à la législation entrée en vigueur en 2019 et limitant les augmentations de salaire à 1 % par an pendant trois ans.

Le gouvernement avait déclaré que le projet de loi était une approche limitée dans le temps pour aider à éliminer le déficit de la province.

Le juge Markus Koehnen a déclaré mardi dans sa décision que la loi porte atteinte aux droits des demandeurs à la liberté d’association et à la négociation collective, selon la Presse canadienne.

En septembre dernier, des groupes représentant des milliers d’employés du secteur public sont allés en justice pour contester la constitutionnalité du projet de loi.

Les groupes ont fait valoir que le projet de loi viole un article de la Charte canadienne des droits et libertés qui protège une négociation collective significative.

La province, cependant, a fait valoir que le projet de loi n’entrave pas la capacité des groupes à négocier la sécurité d’emploi, les avantages sociaux et l’ancienneté.

En réaction à la décision du tribunal aujourd’hui, Unifor, le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, a tweeté qu’il «cherchera des recours pour les membres touchés».

LES TRAVAILLEURS DE LA SANTÉ ORGANISENT UN RALLYE À L’EXTÉRIEUR DE L’HÔPITAL DE SUNNYBROOK

La décision du tribunal intervient après que les travailleurs de la santé de première ligne ont organisé un rassemblement devant l’hôpital Sunnybrook de Toronto mardi après-midi pour poursuivre leur lutte pour de meilleurs salaires et plus de personnel pour faire face à la crise hospitalière en cours dans la province.

« Ça a été trois longues années… Nous avons été surchargés de travail et ça a été constant. Nous avons été à court. Vous savez, ça a été difficile », a déclaré l’assistante de salle d’opération Sherica Washington.

Des dizaines de travailleurs ont assisté au rassemblement à l’extérieur de l’hôpital, notamment des infirmières auxiliaires autorisées, des préposés aux services de soutien à la personne, du personnel de diététique, d’entretien ménager, de stérilisation, des porteurs et du personnel de bureau.

Un tribunal ontarien invalide le projet de loi 124Un tribunal ontarien a invalidé un projet de loi du gouvernement Ford qui limitait les salaires des travailleurs du secteur public. (La Presse Canadienne)

On pouvait entendre les travailleurs scandant «tuez ce projet de loi» et agitant des drapeaux et des pancartes disant «Respectez-nous. Protège nous. Payez-nous.

Le syndicat qui les représente, SEIU Healthcare, a organisé la manifestation pour réitérer leurs appels à l’action contre le projet de loi 124.

« Je pense juste que nous avons besoin de respect. Comme une augmentation de 24 cents de l’heure après ce que nous avons vécu avec COVID, ces trois dernières années ont été horribles. Et ils disent qu’ils vont nous donner 24 cents. Allez », a déclaré Paul Johnson, un préposé aux services de soutien à la personne, au CP24.

Les dirigeants syndicaux ont pris la parole lors du rassemblement et ont exhorté le gouvernement à abandonner le projet de loi afin que le syndicat puisse négocier une rémunération équitable pour ses membres.

Un tribunal ontarien invalide le projet de loi 124Les membres du syndicat SEIU Healthcare manifestent devant l’hôpital Sunnybrook à Toronto le 29 novembre 2022.

« Tu te souviens quand Ford t’appelait des héros ? Qu’est-ce qu’il fait? Son gouvernement présente et adopte le projet de loi 124, qui vous empêche maintenant d’obtenir le salaire de ce héros et écrase votre capacité à négocier équitablement », a déclaré la vice-présidente exécutive du SEIU, Mina Amrith.

De plus, le SEIU et d’autres syndicats concernés ont déclaré que le projet de loi devrait être abrogé maintenant car il contribue à une grave pénurie d’infirmières.

« Tout le monde a été réduit. Les gens partent en masse. Les patients ne reçoivent pas les soins qu’ils sont censés recevoir avec moins d’entre nous là-bas », a déclaré l’infirmière auxiliaire autorisée Tanya Rahim-Juttlah.

« Vous ne pouvez pas en prendre beaucoup. Tout le monde a un point de rupture. Chaque travailleur de la santé ici est à un point de rupture et les gens décident si je dois rester ? Dois-je y aller ? elle a ajouté.

Le SEIU demande également au gouvernement d’augmenter le personnel de première ligne pour faire face à l’augmentation des temps d’attente, d’investir de nouveaux fonds dans les hôpitaux publics et de restreindre l’utilisation des soins de santé privés.

Selon le SEIU, des rapports récents indiquent que le Sunnybrook Health Sciences Centre avait les deuxièmes temps d’attente les plus longs, suivi du Hospital for Sick Children de Toronto.

« Nous n’échouons pas ici. C’est Doug Ford et son plan qui échouent. Chacun d’entre nous, nous ne sommes pas traités avec le respect, la protection et le salaire que nous méritons et donc aujourd’hui, nous disons que ça suffit », a déclaré Sanjay Thapa, délégué syndical en chef du SEIU.

Un tribunal ontarien invalide le projet de loi 124Le premier ministre de l’Ontario Doug Ford et la solliciteure générale Sylvia Jones répondent aux questions après avoir visité le centre de test COVID-19 du terminal 3 de l’aéroport Pearson de Toronto le mercredi 3 février 2021. LA PRESSE CANADIENNE/Frank Gunn

Au cours du mois dernier, plusieurs hôpitaux de la province ont averti les patients de l’augmentation des temps d’attente et certains ont annulé ou réduit des chirurgies non urgentes en raison d’une demande accrue liée à une augmentation des cas de grippe, de VRS et de COVID-19.

Le rassemblement survient près d’une semaine après que les dirigeants de cinq des plus grands syndicats de la santé de l’Ontario, dont le SEIU, ont lancé un appel au gouvernement de Doug Ford disant que leur plan « échoue lamentablement ».

Le gouvernement de l’Ontario a déclaré qu’il ajouterait jusqu’à 6 000 travailleurs de la santé supplémentaires et libérerait 2 500 lits d’hôpitaux dans le cadre de son plan de stabilisation du système de santé publié en août.

Le plan comprenait également un investissement dans les cliniques privées qui peuvent offrir des chirurgies couvertes par l’OHIP et une législation qui libérerait des lits de soins actifs en transférant les personnes âgées dans des foyers de soins de longue durée, qui ne seront pas de leur choix.

Avec des fichiers de La Presse Canadienne

Articles similaires