Skip to content

TEL AVIV (Reuters) – Un tribunal de Tel Aviv a ordonné à Facebook Inc de débloquer le compte privé d'un travailleur de la société de surveillance israélienne NSO Group, et des décisions similaires sont attendues pour d'autres employés dans les prochains jours, a déclaré mardi une porte-parole de l'ONS.

Un groupe d'employés de NSO a déposé une plainte contre Facebook en novembre, affirmant que le géant des médias sociaux avait injustement bloqué leurs comptes privés lorsqu'il avait poursuivi NSO en octobre.

Le service de messagerie appartenant à Facebook, WhatsApp, a accusé la société israélienne d'avoir aidé des espions du gouvernement à s'introduire dans les téléphones d'environ 1400 utilisateurs dans une campagne de piratage ciblant des diplomates, des dissidents politiques, des journalistes et de hauts responsables du gouvernement à travers le monde.

Les employés de l'ONS ont déclaré que leurs comptes Facebook et Instagram, ainsi que ceux d'anciens travailleurs et membres de leur famille, avaient été bloqués.

Se prononçant sur leur plainte, le tribunal du district de Tel Aviv a ordonné le rétablissement du compte d'un employé avant mercredi après-midi.

"Nous sommes certains qu'à la suite des déclarations sans équivoque du tribunal, Facebook renversera les mesures prises contre d'autres employés", a déclaré la porte-parole de l'ONS.

Les responsables de Facebook n'ont pas pu immédiatement commenter.

La société a déclaré en novembre qu'elle avait désactivé les «comptes pertinents» après avoir attribué une «cyberattaque sophistiquée» au groupe NSO et à ses employés, affirmant que la mesure était nécessaire pour des raisons de sécurité.

Reportage de Steven Scheer et Tova Cohen; Montage par Helen Popper

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *