Un tribunal de Hong Kong condamne un avocat américain à 4 mois de prison pour avoir agressé un policier lors de troubles dans toute la ville en 2019

Samuel Phillip Bickett, ancien directeur de la conformité à la Bank of America, a été condamné mardi à quatre mois et deux semaines par un tribunal de Hong Kong. Le juge de paix Arthur Lam a déclaré que le comportement de Bickett posait un problème « menace grave à l’ordre public » notant que l’officier qu’il a attaqué a subi de multiples blessures. Quatorze jours ont été ajoutés à la peine de l’Américain parce que le tribunal a conclu que ses actions pouvaient avoir incité à d’autres actes de violence.

L’incident de décembre 2019 s’est produit dans une station de métro de la ville. Bickett se rendait à un dîner lorsqu’il est intervenu dans une confrontation entre deux hommes. Il s’est avéré que l’un des hommes était un policier en civil, l’agent principal Yu Shu-sang, qui tentait d’arrêter un sauteur au tourniquet. L’agent aurait utilisé une matraque rétractable pour frapper l’escroc présumé.

Bickett soutient qu’il ne savait pas que Yu était un officier de police et a estimé qu’il utilisait une force excessive.

Une vidéo de l’altercation montre Bickett agenouillé sur Yu et le frappant à plusieurs reprises. L’Américain affirme qu’un passant a demandé à l’officier de Hong Kong s’il était un « popo » – un terme d’argot pour la police. Au cours du procès le mois dernier, Yu a admis qu’on lui avait demandé s’il était officier. Cependant, le tribunal de Hong Kong a déclaré qu’il y avait des raisons de croire que Yu s’était en fait identifié comme un membre des forces de l’ordre.

L’avocat américain a promis de faire appel après avoir été reconnu coupable de voies de fait en juin, arguant que le verdict de culpabilité était « entièrement insoutenable à la fois par la loi et par les preuves dans cette affaire ».

L’incident s’est produit lors de tensions accrues dans la ville. À l’époque, Hong Kong connaissait des manifestations importantes et souvent violentes, stimulées par des allégations selon lesquelles Pékin sapait le statut semi-autonome du territoire. Des affrontements entre manifestants et forces de sécurité ont conduit à des allégations d’abus policiers, mais ont également soulevé des questions sur les tactiques employées par les militants.

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.