Skip to content

(Reuters) – La police a annoncé jeudi avoir mis en garde à vue jeudi soir le suspect dans une fusillade de sept heures dans une maison du nord de Philadelphie, faisant six blessés parmi les policiers blessés après une série de balles.

Un suspect dans l'impasse de la police de Philadelphie est arrêté

On voit une bande de police lors d’une fusillade au cours de laquelle des officiers de police de Philadelphie ont été abattus lors d’une descente dans une maison à Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis, le 14 août 2019. REUTERS / Bastiaan Slabbers

L'affrontement, qui a débuté après qu'un homme armé ait ouvert le feu sur des policiers cherchant à exécuter un mandat de stupéfiants, faisait suite à une série de fusillades en masse en Californie, au Texas et dans l'Ohio, dans lesquelles des hommes armés utilisaient des fusils semi-automatiques.

Les équipes SWAT sécurisaient toujours la maison après minuit, a déclaré le porte-parole de la police, Eric Gripp, mais peu de détails ont été immédiatement disponibles sur la manière dont le suspect a été arrêté par les médias, Maurice Hill, 36 ans, a été arrêté.

La police est arrivée dans l’impasse environ cinq heures plus tard, à partir de 16h30. le mercredi jusque juste après minuit. Les six officiers ont été blessés après avoir tenté de signifier le mandat à quelqu'un dans une maison, a annoncé la police. Tous devraient récupérer.

Les médias ont déclaré que le tireur était armé d'un fusil semi-automatique, similaire au populaire AK-47, et de plusieurs armes de poing. Selon certaines informations, au moins 100 coups de feu auraient été tirés.

Une équipe du SWAT a sauvé deux policiers et trois civils pris au piège dans la maison du suspect, a annoncé mercredi la police.

Les officiers du SWAT ont sauvé les policiers et trois suspects en toute discrétion, sans que le tireur sache qu'ils étaient entrés dans la maison, a déclaré le commissaire de police Richard Ross.

"Nous sommes passés d'une situation d'otages à une barricade, car tous les otages ont été sortis en toute sécurité", a déclaré Ross aux journalistes, ajoutant que c'était "stupéfiant" qu'il n'y ait pas eu de plus grande tragédie.

Les six officiers blessés ont été relâchés de l'hôpital. L'un d'entre eux a survécu à une balle dans la tête et un autre après avoir reçu une balle dans le dos.

"Beaucoup d'entre eux ont dû s'échapper par des fenêtres et des portes pour échapper à un barrage de balles", a ajouté Ross.

L’homme armé a tiré sur un camion SWAT garé devant la résidence, dans le quartier de Nicetown-Tioga, alors que les résidents restaient chez eux.

Le Philadelphia Inquirer, citant des sources policières, a identifié le tireur présumé comme étant Hill, 36 ans, un homme de Philadelphie avec des antécédents de condamnation pour arme à feu, drogue et agression.

L'avocate Shaka Mzee Johnson, qui, d'après des documents judiciaires, a récemment représenté Hill, n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Selon Ross, le tireur a cessé de tirer alors que la nuit tombait, alimentant l'optimisme pour une éventuelle reddition.

Le maire de Philadelphie, Jim Kenney, s’est dit en colère que le tireur ait réussi à accumuler une telle puissance de feu.

"Nous devons retirer ces armes des mains des gens", a déclaré Kenney après avoir rendu visite à des policiers blessés à l'hôpital.

"Ce gouvernement, tant au niveau fédéral que des États, ne veut rien faire pour que ces armes soient retirées de la rue et des mains des criminels."

Le président Donald Trump surveillait la situation à Philadelphie, a annoncé la Maison Blanche.

Reportage d'Andrew Hay, reportage additionnel d'Alex Dobuzinskis et Rich McKay; édité par Richard Pullin

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *