Un sondage suggère que 20 % des Canadiens sautent des repas pour réduire leurs dépenses alimentaires – Kelowna Capital News

Laurie O’Connor dit que de plus en plus de personnes à Saskatoon ont du mal à se procurer de la nourriture pour elles-mêmes et leur famille alors que les prix dans les épiceries augmentent hors de portée.

« Nous constatons définitivement une augmentation et nous le remarquons depuis janvier », a déclaré O’Connor, directeur général de la Saskatoon Food Bank and Learning Centre.

La majorité des répondants à un sondage pancanadien publié lundi ont déclaré qu’ils utilisaient des coupons ou cherchaient des soldes pour faire face à l’augmentation des prix des aliments. Près de 20% réduisaient également la taille des repas ou sautaient complètement des repas afin d’économiser de l’argent.

L’enquête du Centre canadien de recherche appliquée et sociale de l’Université de la Saskatchewan a été menée du 6 septembre au 17 octobre. Elle a demandé à 1 001 personnes des stratégies pour faire face à l’augmentation des coûts alimentaires.

Selon le rapport sur l’indice des prix à la consommation de Statistique Canada, alors que le taux d’inflation annuel du pays a légèrement baissé à 6,9 % en septembre, le coût de l’épicerie a continué de grimper. Les prix des produits d’épicerie ont augmenté au rythme le plus rapide depuis août 1981, avec des prix en hausse de 11,4 % par rapport à il y a un an.

En s’adaptant à la flambée des coûts, la plupart des répondants à l’enquête ont déclaré avoir réduit les coupons. Une majorité – près de 59% – réduisait également leur gaspillage alimentaire domestique.

Cinquante-quatre pour cent ont également fait des plans de repas pour s’assurer qu’ils disposaient de fonds suffisants pour se nourrir.

Les stratégies troublantes étaient moins courantes mais encore trop répandues, a déclaré Jessica McCutcheon, directrice associée du centre de recherche.

Un peu plus de 30 % des répondants ont déclaré qu’ils mangeaient des aliments moins sains parce que c’était moins cher. Près de 5 % avaient volé de la nourriture par nécessité et environ 5 % avaient utilisé une banque alimentaire ou un réfrigérateur communautaire.

Un rapport récent de Banques alimentaires Canada indique qu’il y a eu près de 1,5 million de visites dans les banques alimentaires en mars, un chiffre supérieur de 15 % au nombre de visites au cours du même mois l’an dernier et supérieur de 35 % aux visites de mars 2019, avant que la pandémie de COVID-19 ne frappe.

L’enquête a révélé que les habitants des provinces des Prairies étaient beaucoup plus susceptibles d’avoir utilisé des mesures d’urgence pour se nourrir.

« L’Alberta et la Saskatchewan ont certains des taux d’utilisation des banques alimentaires les plus élevés au Canada », a déclaré McCutcheon.

À Saskatoon, O’Connor a déclaré que le nombre de personnes utilisant la banque alimentaire était parmi les plus élevés que le personnel ait jamais vus. Il y a aussi une augmentation inquiétante du nombre d’étudiants et de personnes âgées qui arrivent, a-t-elle déclaré.

L’enquête a révélé que les jeunes de 18 à 34 ans étaient plus susceptibles d’avoir utilisé une banque alimentaire ou un réfrigérateur communautaire. Ils étaient également moins susceptibles de penser qu’ils pouvaient se permettre d’avoir une alimentation équilibrée. Les 35 à 54 ans étaient plus susceptibles d’avoir utilisé des coupons ou d’avoir acheté des articles en solde.

Le Québec a enregistré la différence la plus marquée par rapport aux Prairies, puisque 95 % des répondants ont déclaré qu’ils pouvaient se permettre d’avoir une alimentation équilibrée.

«Cela pourrait être parce que le Québec a simplement un filet de sécurité sociale plus solide avec ses politiques», a déclaré McCutcheon.

L’enquête a posé des questions sur les stratégies gouvernementales pour faire face à l’insécurité alimentaire. La plupart ont soutenu l’augmentation des fonds pour les jardins communautaires, les banques alimentaires et la mise en œuvre d’un programme universel d’alimentation saine à l’école. Et il y avait un soutien aux subventions à l’épicerie pour les ménages à faible revenu et un soutien gouvernemental aux agriculteurs et aux producteurs.

La plupart des répondants — un peu plus de 79 % — étaient en faveur d’une augmentation du salaire minimum dans leur province. Cependant, il y avait une opposition aux stratégies qui voyaient une augmentation ou une création d’impôts.

Les Québécois ont dit qu’ils étaient en faveur d’une augmentation du salaire minimum, d’une taxe sur le sucre et d’une augmentation des pénalités sur les émissions de carbone. Ceux des Prairies étaient beaucoup plus susceptibles de s’opposer à ces taxes.

Pour faire face à l’insécurité alimentaire, a déclaré O’Connor, il faut s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté. La banque alimentaire de Saskatoon propose également des programmes axés sur l’éducation, les stratégies d’emploi et la déclaration de revenus.

Trouver du travail n’est plus la seule solution, a-t-elle ajouté, car les salaires et les aides ne répondent tout simplement pas aux besoins de chacun.

«(Un) certain nombre de personnes qui travaillent, peut-être un emploi au salaire minimum ou quelques emplois au salaire minimum, sont maintenant obligées de se tourner vers les banques alimentaires», a-t-elle déclaré.

Les chercheurs ont déclaré que l’enquête avait une marge d’erreur de 3,1%, plus ou moins, 19 fois sur 20, à l’échelle nationale.

—Kelly Geraldine Malone, La Presse canadienne

FamillesAlimentationÉpicerieinflation