Dernières Nouvelles | News 24

Un sac à main de luxe Dior ébranle la politique sud-coréenne : NPR

Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol est assis avec son épouse Kim Keon Hee, après s’être adressé aux députés à la Royal Gallery lors d’une visite au Palais de Westminster le 21 novembre 2023 à Londres, en Angleterre.

Piscine WPA/Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

Piscine WPA/Getty Images


Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol est assis avec son épouse Kim Keon Hee, après s’être adressé aux députés à la Royal Gallery lors d’une visite au Palais de Westminster le 21 novembre 2023 à Londres, en Angleterre.

Piscine WPA/Getty Images

SÉOUL, Corée du Sud – Ce qui domine la politique sud-coréenne à moins de trois mois des prochaines élections législatives du pays, ce ne sont pas les débats politiques.

Il s’agit d’intenses luttes politiques internes et de méfaits personnels, illustrés la semaine dernière par un affrontement entre le chef du parti conservateur au pouvoir et le bureau présidentiel à propos d’un scandale impliquant la première dame et un sac à main de luxe.

Le mécontentement croissant du public face au dernier scandale et à d’autres actes répréhensibles présumés liés à la première dame met en évidence un dilemme pour le président Yoon Suk Yeol à l’approche des élections aux enjeux élevés.

Une mauvaise gestion pourrait coûter à son parti une chance de regagner une majorité au parlement et, en retour, affaiblir l’emprise de Yoon sur son parti et l’élan de son gouvernement pour le reste de son mandat de cinq ans. Yoon est encore à quelques mois de son deuxième anniversaire de mandat.

La Première dame Kim Keon Hee a été filmée en secret en train d’accepter un sac à main Christian Dior d’une valeur d’environ 2 250 dollars d’un pasteur basé aux États-Unis nommé Choi Jae-young en septembre 2022, quelques mois après que son mari a prêté serment en tant que président.

Choi a enregistré sa rencontre avec Kim à l’aide d’une caméra cachée dans sa montre-bracelet et a publié le vidéo fin novembre via Voice of Séoul, un média en ligne de gauche. Choi a déclaré que le magasin lui avait fourni la montre-bracelet et le sac.

Le pasteur et Voice of Séoul ont défendu l’opération d’infiltration comme étant justifiée, invoquant l’intérêt public.

Choi, qui est également un militant pour la réunification de la Corée, a déclaré au média qu’il avait d’abord contacté Kim via une application de messagerie pour « donner des conseils » sur la politique nord-coréenne. Les deux hommes se sont liés d’amitié grâce à leur ville natale commune et à leurs liens familiaux, selon Choi.

Mais il s’est dit “consterné” par son prétendu abus de pouvoir lors de leur première rencontre en tête-à-tête en juin 2022, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au début du mois.

Il a affirmé avoir entendu Kim interférer dans la nomination d’un haut fonctionnaire lors d’un appel téléphonique au cours de la réunion. Il a également déclaré que Kim avait accepté ce jour-là son cadeau d’un ensemble de parfums et de soins de la peau Chanel d’une valeur totale de 1 340 $.

L’actuelle première dame a fait l’objet d’allégations précédentes

La loi sud-coréenne interdit aux conjoints d’agents publics de recevoir un cadeau d’une valeur supérieure à 750 dollars en une seule occasion s’il est lié à la fonction publique des agents. On ne sait pas clairement comment la loi s’applique aux prétendus cadeaux de Choi.

La loi anti-corruption exigerait également que le président Yoon restitue le cadeau et signale le fait aux autorités chargées de l’application de la loi ou de la lutte contre la corruption. Choi a déclaré dans un récent entretien que ni Kim ni le bureau présidentiel n’ont rendu le sac depuis la révélation de la vidéo.

Le directeur de Voice of Séoul a déposé une plainte pénale contre Yoon et Kim pour violation de la loi. Une importante organisation civique a également demandé à une agence gouvernementale anti-corruption de mener une enquête préliminaire.

La révélation sur le sac à main de luxe est intervenue avant les élections législatives d’avril prochain. Bien que la proximité d’une élection clé ait accru l’attention politique portée au récent exposé, la première dame Kim Keon Hee a souvent fait peser des risques sur l’administration.

Accusations de reprendre le remplissage est apparu pendant la course présidentielle de Yoon et a conduit Kim à présenter des excuses publiques. Elle a également été accusée de plagiat. Elle et sa mère sont soupçonnées d’être impliquées dans des manipulations boursières. Le président récemment a opposé son veto un projet de loi pour une enquête d’un avocat spécial sur cette affaire. L’année dernière, le principal parti d’opposition, le Parti démocrate accusé le gouvernement Yoon de détourner une autoroute prévue au profit de la famille de Kim.

Le bureau présidentiel a soit nié, soit gardé le silence sur la plupart des allégations.

Critiques au sein du parti au pouvoir et du public

Alors que le public condamne de plus en plus le scandale du sac Dior, certains membres du Parti du pouvoir populaire au pouvoir se sont prononcés contre la première dame. Kim Gyeong-ryul, membre du comité intérimaire du parti, l’a comparée à Marie-Antoinette et l’a exhortée à s’excuser. Han Dong-hoon, ancien ministre de la Justice et actuel chef par intérim du parti au pouvoir, a reconnu que le scandale pouvait être une « cause d’inquiétude » parmi le public et a soutenu qu’il devait être vu « du point de vue du public ».

Et de nombreux Sud-Coréens critiquent la première dame. Dans un récent enquête menée par Gallup Korea et Seoul Economy Daily, 56 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elle devrait s’excuser d’avoir reçu le sac.

Un autre enquête Selon l’institut d’enquête Embrain Public et la chaîne d’information YTN, près de 70 % des sondés estiment que le président devrait exprimer sa position sur la question.

Mais Kim elle-même n’a fait aucune apparition publique depuis décembre. Et le bureau de Yoon n’a pas encore commenté officiellement la question, à l’exception de responsables anonymes. cité dans les médias locaux critiquant le pasteur pour avoir “piégé” la première dame.

Au lieu de cela, quelques jours après les remarques critiques du parti au pouvoir, le chef de cabinet de Yoon a exigé que Han démissionne de son poste de chef du PPP, une chaîne de télévision par câble locale. signalé. Bien que le bureau présidentiel n’ait ni confirmé ni démenti une telle demande, Han l’a reconnu et s’est engagé à conserver son poste malgré tout.

Yoon et Han ont rapidement semblé réparer les obstacles lors d’une réunion devant la caméra la semaine dernière et d’un déjeuner cette semaine. Mais selon les responsables du parti, les deux hommes n’ont pas discuté de la question. Dans un silence persistant, le scandale à l’origine du différend n’est toujours pas résolu.