Un responsable iranien accuse les troubles meurtriers – RT World News

Les forces étrangères ont tenté de semer l’agitation en Iran dans un contexte d’indignation publique suite à la mort d’une femme en garde à vue, a déclaré mardi Ismail Zarei Koosha, gouverneur de la province du Kurdistan occidental.

L’agence de presse Fars a cité Koosha disant que trois personnes avaient été « fusillés et tués par les ennemis du gouvernement » pendant les manifestations, qui ont secoué plusieurs villes, dont la capitale du Kurdistan, Sanandaj.

Il a ajouté que les victimes avaient été tuées “avec des armes qui ne sont utilisées par aucun des responsables de la sécurité et de l’armée”.

Les manifestations ont commencé la semaine dernière après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après avoir été détenue à Téhéran pour avoir porté un “non conforme” hijab.

La police a affirmé qu’Amini était décédée d’une crise cardiaque, rejetant les informations selon lesquelles la femme aurait été battue en garde à vue ou autrement torturée.

LIRE LA SUITE:
La police iranienne réagit au décès d’une femme en détention

Koosha a déclaré que les forces de “hors du pays” tentaient d’exploiter la tragédie pour provoquer des troubles. « Il y a une atmosphère émotionnelle. Et, par conséquent, ils ne sont pas des sympathisants de Mahsa et [her family]sunnites et kurdes », il a dit.

“Nous nous tiendrons debout et traiterons ceux qui se cachent derrière la mort de Mehsa Amini et cherchent à créer l’insécurité au Kurdistan et à la propager dans d’autres provinces.”

Selon les médias, les manifestants ont lancé des pierres et incendié des poubelles, tandis que la police a tiré des volées de gaz lacrymogène.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :