Skip to content

UNE Selon un rapport des Nations Unies, un avion étranger appartenant probablement aux Emirats Arabes Unis ou à l'Egypte serait responsable d'une frappe aérienne sur un centre d'immigration libyen qui aurait coûté la vie à plus de cinquante personnes.

Un rapport rédigé par le groupe d'experts du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Libye concluait que l'attaque à la roquette du centre de détention Tajoura à Tripoli, qui avait fait 53 morts et 130 blessés, aurait probablement été effectuée par un avion de combat Mirage 2000-9. Des sources diplomatiques ont déclaré au Daily Telegraph.

L’Armée nationale libyenne, la faction qui assiège Tripoli, n’exploite pas ce type d’aéronefs, mais ceux-ci sont pilotés par les forces aériennes de ses principaux soutiens, l’Égypte et les Émirats arabes unis.

Cette conclusion fait l’objet d’un rapport extrêmement critique sur les violations des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Libye, qui accusent les Émirats arabes unis, ainsi que la Jordanie et la Turquie, d’alimenter le conflit en Libye en bafouant un embargo sur les armes.

Le rapport, qui doit être publié à la mi-décembre et a été soumis aux membres du Conseil de sécurité cette semaine, indique que les trois pays ont «fourni de manière systématique et flagrante» des armes aux parties belligérantes «sans trop d'effort pour dissimuler la source».

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *