Un rapport de l’AIEA confirme l’enrichissement d’uranium de 20% de l’Iran, sans aucune explication donnée pour les particules nucléaires non déclarées

L’Iran n’a toujours pas donné d’explications sur les matériaux d’uranium trouvés dans deux de ses centrales nucléaires l’année dernière, selon un nouveau rapport du chien de garde nucléaire de l’ONU, ce qui pourrait faire dérailler les efforts renouvelés pour relancer l’accord nucléaire.

Le rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) indique également que l’Iran a produit 17,6 kg d’uranium enrichi à 20% – comme le pays l’avait déjà annoncé – correspondant à son objectif de 10 kg par mois, selon Reuters.

Le parlement iranien dirigé par les extrémistes a adopté un projet de loi en décembre forçant le pays à « produire et stocker 120 kg par an d’uranium enrichi à 20 pour cent » si les signataires européens de l’accord nucléaire de 2015 ne prévoyaient pas d’allégement des sanctions américaines.

Mardi, le chef de l’AIEA, Mariano Grossi, a déclaré lors d’un événement organisé par le groupe de réflexion américain Nuclear Threat Initiative que Téhéran devait expliquer pourquoi des matières nucléaires avaient été découvertes dans des usines iraniennes en « des endroits où ils ne devraient pas être. »

Aussi sur rt.com

L’Iran enrichira de l’uranium jusqu’à 60% s’il le souhaite, prévient Khamenei au milieu du mécontentement suscité par l’accord avec l’AIEA

Les commentaires de Grossi et les derniers rapports de l’AIEA interviennent après que des traces d’uranium auraient été découvertes la semaine dernière lors d’une inspection surprise en 2020 par l’agence des Nations Unies sur deux sites nucléaires iraniens.

Téhéran a récemment accepté temporairement de continuer à autoriser les inspecteurs de l’AIEA sur les sites nucléaires iraniens pendant une période pouvant aller jusqu’à trois mois, mais à partir de mardi, il a interdit les inspections rapides de ses usines conformément à la loi parlementaire de décembre.

Les législateurs iraniens furieux ont voté lundi pour adopter une motion condamnant le président du pays, Hassan Rohani, sur l’accord de trois mois avec l’AIEA, qu’ils considèrent comme un « violation claire » de la législation de décembre.

L’accord temporaire de l’Iran avec l’AIEA donne plus de temps aux États-Unis pour négocier un retour à l’accord nucléaire de 2015, en vertu duquel Téhéran limite ses activités nucléaires en échange d’un allégement des sanctions.

Aussi sur rt.com

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, rencontre le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Ali-Akbar Salehi, à Téhéran, Iran, le 21 février 2021. Hadi Zand / WANA (Agence de presse pour l'Asie de l'Ouest) via REUTERS
L’Iran parvient à un accord temporaire avec les inspecteurs de l’ONU alors que l’accord nucléaire est en jeu

L’Iran a commencé à violer ses engagements vis-à-vis de l’accord après que le président de l’époque, Donald Trump, ait retiré l’Amérique de l’accord, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), en 2018, bien que les observateurs aient signalé que l’Iran était en conformité à ce moment-là.

Depuis son entrée en fonction, le président Joe Biden a déclaré qu’il était ouvert à un retour à l’accord si l’Iran montrait également sa volonté de respecter ses conditions, notamment la limitation de l’enrichissement d’uranium à 3,67%.

Pour sa part, Téhéran a déclaré qu’il respecterait immédiatement ses engagements antérieurs une fois les sanctions américaines levées.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!