Un prêtre de l’UP a dit d’apporter la carte Aadhaar de Dieu pour avoir essayé de vendre du blé cultivé au pays du temple

Dans un incident bizarre, un prêtre qui s’est rendu dans un centre d’approvisionnement du gouvernement pour vendre du blé cultivé sur des terres appartenant au temple, a été invité à produire la carte Aadhaar de la divinité. L’incident a eu lieu il y a deux jours dans le village de Kurhara à Attara tehsil à Banda.

Mahant Ramkumar Das, le prêtre et gardien en chef du temple Ram Janki, a déclaré qu’il voulait vendre 100 quintaux de blé dans un mandi (marché) du gouvernement. Il avait fait l’inscription en ligne avec l’aide d’autres personnes.

MS Education Academy

Le prêtre gardien du temple est arrivé au mandi du gouvernement pour vendre les récoltes cultivées sur les terres du temple. C’est alors qu’on lui a demandé de produire la carte Aadhaar de la divinité au nom de laquelle le terrain était enregistré.

Le terrain de sept hectares est enregistré au nom de la divinité, dans ce cas, Lord Ram et Janki. « L’enregistrement a été annulé car je ne pouvais pas produire la carte Aadhaar, où puis-je obtenir l’Aadhaar du Seigneur ? » Il a demandé. Le prêtre a déclaré avoir parlé au magistrat divisionnaire (SDM) Saurabh Shukla.

« Il m’a dit que l’enregistrement ne pouvait pas se faire sans Aadhaar et c’est pourquoi il a été annulé par son bureau », a-t-il déclaré.

Le prêtre a déclaré que l’année dernière, il a vendu 150 quintaux de produits au mandi du gouvernement. Il a dit qu’il vendait les produits depuis plusieurs années, mais qu’il n’avait jamais été confronté à une telle situation.

Pendant ce temps, l’agent d’approvisionnement du district, Govind Upadhyaya, a déclaré que les règles étaient claires selon lesquelles les produits des cabots et du temple ne pouvaient pas être achetés.

La politique d’achat ne contenait pas non plus une telle disposition, a-t-il déclaré, ajoutant que les « khatauni » (registres fonciers) étaient admissibles mais que l’enregistrement est désormais obligatoire. Et pour l’enregistrement, il faut avoir la carte Aadhaar de la personne au nom de laquelle le terrain a été enregistré. Le SDM a déclaré qu’on n’avait pas demandé au prêtre de produire la carte Aadhaar de la divinité, mais qu’on lui avait expliqué le processus.

« La politique a été décidée au niveau du gouvernement et l’achat a été effectué sur la base de cette politique », a-t-il déclaré.

Le prêtre est inquiet. Il a dit : « Comment allons-nous faire face aux dépenses et obtenir notre nourriture si nous ne pouvons pas vendre les récoltes dans le mandi ? Il a dit que, sans aucune option, il vendrait maintenant les produits aux commissionnaires à un prix jetable.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles et les nouvelles sur le coronavirus ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments