Skip to content

SINGAPOUR (Reuters) – Le pasteur Samuel Gift Stephen passe ses journées à essayer de s'assurer que les travailleurs migrants à Singapour, confinés dans des dortoirs exigus en raison d'une épidémie de coronavirus, restent tous bien nourris.

Un pasteur aide à nourrir les travailleurs migrants de Singapour pendant le verrouillage de COVID-19

Le révérend Samuel Gift Stephen appelle son fournisseur de nourriture après avoir entendu les commentaires d'un travailleur migrant sur la nourriture qui lui a été livrée lors de l'épidémie de coronavirus (COVID-19) à Singapour le 22 avril 2020. Stephen, président de l'Alliance of Guest Workers Outreach (AGWO) , organisation non gouvernementale, supervise la livraison quotidienne de plus de 17000 repas aux travailleurs migrants vivant dans des dortoirs transformés en usine, dont les employeurs ne se sont pas mobilisés pour fournir de la nourriture, même s'ils ne peuvent quitter leur dortoir depuis lundi. / Photo prise le 26 novembre 2018 / REUTERS / Edgar Su

Il dirige l'une des nombreuses organisations non gouvernementales qui travaillent avec les autorités et les employeurs pour livrer des repas dans les dortoirs où les travailleurs sont soit mis en quarantaine par le gouvernement, soit obligés de rester à la maison pour limiter la transmission de la maladie.

Singapour a connu une forte augmentation des cas de COVID-19 à plus de 10 000 infections cette semaine, la grande majorité provenant de dortoirs où des travailleurs principalement du Bangladesh et de l'Inde vivent dans des lits superposés abritant chacun de 12 à 20 hommes.

Le gouvernement a déclaré que les employeurs sont tenus de fournir suffisamment de nourriture aux travailleurs pendant cette période de lock-out, mais il travaille également avec des ONG comme l'Alliance des travailleurs invités de Stephen (AGWO) pour combler les lacunes.

«Les employeurs sont censés fournir de la nourriture à leurs employés. Et la vérité est que … certains d'entre eux n'ont pas le pouvoir musculaire, ils n'ont pas le pouvoir financier à cause de cette crise financière », a déclaré Stephen, président d'AGWO, en déchargeant des sacs de plastique. Mercredi, des conteneurs à l'arrière d'une camionnette jusqu'aux dortoirs.

Les travailleurs principalement sud-asiatiques recevant les repas, beaucoup portant des saris traditionnels enroulés autour de leur taille, se tenaient à proximité faisant la queue pour voir des agents de santé portant des masques, des gommages bleus et des boucliers en plastique couvrant leur visage.

Les dortoirs avec un grand nombre d'infections ont été placés sous quarantaine ordonnée par le gouvernement ces dernières semaines, et mardi, le gouvernement a déclaré que tous les travailleurs étrangers de la construction devaient rester chez eux pendant deux semaines.

Stephen a déclaré que son organisation fait en sorte que les traiteurs cuisinent et livrent des repas au moins deux fois par jour pour certains dortoirs – une initiative financée par des dons de bienfaisance. Le ministère de la Main-d'œuvre a déjà déclaré que des ONG comme AGWO aident à livrer 7 000 repas par jour aux travailleurs.

Les opérateurs de dortoirs ont salué cette initiative qui, selon eux, les aide dans une période difficile.

«Nous avons contacté tous les employeurs pour essayer de veiller à ce que leurs repas et l'essentiel soient pris en charge. Dans le même temps, nous avons contacté des organisations caritatives … pour aider à combler les lacunes », a déclaré Eugene Aw, directeur de RT Group, qui gère plusieurs dortoirs pour migrants convertis en usine, dont un visité par AGWO mercredi.

«Parce que la période de montée en puissance prend un peu de temps pour que toutes ces demandes soient satisfaites quotidiennement.»