Skip to content
Un panel américain fixe à Trump le délai pour décider de sa participation aux audiences d'imputation

Le président des États-Unis, Donald Trump, tient un rassemblement de campagne à Sunrise, en Floride, aux États-Unis, le 26 novembre 2019. REUTERS / Yuri Gripas

WASHINGTON (Reuters) – Un panel du Congrès américain a accordé vendredi dans une semaine au président Donald Trump un délai pour dire si son conseiller juridique avait l'intention de présenter des preuves et d'appeler des témoins dans une procédure d'imputation imminente, ce qui pourrait donner lieu à des accusations formelles d'inconduite formelles dans quelques semaines.

Le Comité judiciaire de la Chambre, dirigé par des démocrates, qui devrait commencer à évaluer les articles possibles de mise en accusation contre Trump la semaine prochaine, a envoyé une lettre de deux pages au président, fixant un délai de 17 heures à 17 heures. Le 6 décembre, à l’heure prévue de l’avis du président, les actions envisagées dans le cadre de la procédure de destitution du comité seraient prévues.

Les procédures établissent les règles selon lesquelles le président peut appeler des témoins, présenter des preuves et faire des présentations.

Le président démocrate du comité, Jerrold Nadler, a fixé le même délai aux législateurs républicains pour l'informer de la présence de témoins et d'éléments de preuve et a prévu une réunion le 9 décembre pour examiner la question.

La formation judiciaire devrait tenir une série de procédures en destitution, y compris une première audience mercredi au cours de laquelle des experts juridiques devront témoigner sur les motifs constitutionnels de la destitution. Le comité a invité Trump à participer à l'audience et lui a donné jusqu'à 18 heures. HNE (23h00 GMT) dimanche pour dire si lui-même ou son équipe juridique participerait à la cérémonie.

L’enquête de mise en accusation cherche à savoir si Trump a abusé de son pouvoir pour faire pression sur l’Ukraine afin qu’elle ouvre une enquête sur son rival politique Joe Biden et sur une théorie du complot discréditée défendue par Trump selon laquelle l’Ukraine, et non la Russie, serait intervenue dans l’élection présidentielle américaine de 2016.

Après des semaines de dépositions à huis clos des témoins et d’audiences télévisées, trois groupes d’enquêteurs présidés par le Comité du renseignement de la Chambre doivent publier un rapport officiel peu après le retour au Parlement des législateurs mardi après la pause de l’Action de grâce. Le rapport décrira les éléments de preuve réunis par les législateurs du panel, ainsi que ceux des comités des affaires étrangères et de surveillance.

Après mercredi, le comité judiciaire, qui pourrait recommander un vote à la Chambre avant la fin de la destitution, devrait tenir une audience pour examiner le rapport de preuve et poursuivre la procédure pour examiner les articles formels de destitution.

Reportage de David MorganÉdition de Chris Reese et Cynthia Osterman

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *