Un Palestinien de 14 ans abattu par les forces israéliennes, selon le ministère palestinien de la Santé

Un Palestinien de 14 ans abattu par les forces israéliennes, selon le ministère palestinien de la Santé

La famille de la victime, Zaid Saeed Ghuneim, a déclaré que l’adolescent venait de finir de dîner et se rendait chez ses grands-parents lorsqu’il a été abattu. Son frère, Yazan Ghuneim, a déclaré à CNN que son frère se cachait dans un garage lorsque les soldats israéliens l’ont coincé.

“Ils lui ont mis deux balles dans les jambes, deux dans le dos et une dans le cou. Ils l’ont assassiné”, a déclaré Ghuneim à CNN au domicile familial. “C’était mon meilleur ami. Un garçon charmant et paisible qui voulait aider tout le monde.”

Un témoin oculaire de la fusillade, Um Muhammad Al Wahsh, a montré à CNN une vidéo qu’elle a prise immédiatement après l’incident. Dans les images, il y a du sang accumulé sur le sol d’un parking et étalé sur une voiture. Selon Um Muhammad, elle a vu Zaid Saeed Ghuneim courir dans le garage et l’a entendu plaider pour sa vie.

“Il criait et n’arrêtait pas de dire : ‘Je n’ai rien fait ! Ne me tire pas dessus !'”, a-t-elle déclaré à CNN.

Selon le ministère palestinien de la Santé, Ghuneim a été transporté d’urgence à l’hôpital avec des blessures par balle au cou et au dos. Les médecins n’ont pas pu le maintenir en vie.

Dans une déclaration fournie à CNN, l’armée israélienne a déclaré que plusieurs soldats dans le quartier d’Al-Khader à Bethléem menaient des “activités de sécurité de routine” dans la région lorsque “des suspects ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les soldats, mettant leur vie en danger”.

En poursuivant les assaillants, les soldats ont riposté par des tirs à balles réelles, blessant l’un des suspects, selon l’armée israélienne. Le communiqué ajoute que les soldats ont fourni des soins médicaux initiaux sur les lieux avant de transférer les blessés au Croissant-Rouge palestinien. L’incident est maintenant à l’étude. La déclaration n’a pas nommé Zaid Saeed Ghuneim.

Il s’agit du deuxième meurtre d’un mineur par les forces israéliennes en moins d’une semaine, après une série de raids à travers la Cisjordanie. Alors qu’elle couvrait l’un de ces raids, la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh a été abattue par ce que le procureur général palestinien a décrit comme une attaque ciblée par des soldats israéliens.
Les tensions n’ont cessé de monter en Israël et dans les territoires palestiniens. En mars, une série d’attaques par des Palestiniens a tué 19 Israéliens. En réponse, l’armée israélienne a lancé “l’opération Breakwater”, menant des raids presque quotidiens à travers la Cisjordanie pour arrêter les suspects. Depuis, les soldats ont arrêté des dizaines d’habitants de Cisjordanie et se sont heurtés à une résistance violente. Le ministère palestinien de la Santé affirme qu’au moins 55 Palestiniens sont morts à cause de l’opération Breakwater.

Selon le groupe de défense des droits de l’homme B’Tselem, les forces israéliennes maintiennent également une “politique de tir à ciel ouvert” dans toute la Cisjordanie, permettant l’utilisation de balles réelles pour répondre à des incidents de sécurité même mineurs tels que des jets de pierres isolés. Cette politique a fait plusieurs morts, a déclaré B’Tselem, dont deux adolescents palestiniens abattus à Bethléem en février de cette année.

Abeer Salman de CNN a rapporté de Bethléem et Atika Shubert à Jérusalem.