Un Palestinien armé et un Israélien sont morts dans une attaque en Cisjordanie

Commentaire

JÉRUSALEM – Un militant palestinien a tiré samedi soir à l’entrée d’une colonie israélienne en Cisjordanie occupée, tuant un Israélien et blessant plusieurs civils avant qu’un agent de sécurité ne l’abatte, a annoncé l’armée israélienne.

Des soldats effectuaient des recherches supplémentaires autour de la colonie de Kiryat Arba, près de la ville palestinienne d’Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

L’effusion de sang en Cisjordanie et à Jérusalem-Est persiste depuis des semaines, faisant de 2022 la plus meurtrière depuis 2015.

Le service d’urgence israélien Magen David Adom a initialement signalé que quatre personnes avaient été blessées, dont un Israélien dans un état grave. Plus tard, l’hôpital Haddasah de Jérusalem a déclaré que l’homme de 50 ans était décédé.

Parmi les blessés figurait un Palestinien qui sera transféré à l’Autorité palestinienne, qui contrôle certaines parties de la Cisjordanie, pour y être soigné, a-t-il ajouté.

Tous les autres blessés ont été emmenés à l’hôpital Hadassah, qui a déclaré que les blessures variaient de graves à modérées.

Lorsque la fusillade s’est produite, un député israélien d’extrême droite a affirmé que l’attaque visait sa maison dans la colonie, mais l’armée n’a pas confirmé cela.

Itamar Ben-Gvir, un législateur qui a appelé à l’expulsion de politiciens arabes et a brandi un pistolet lors d’affrontements publics avec des Palestiniens, a écrit sur Twitter : « Ma famille est actuellement en sécurité suite à une attaque par balle contre notre maison à Givat Avot.

L’armée israélienne a mené des raids nocturnes en Cisjordanie dans ce qu’elle dit être une tentative de démanteler les réseaux militants et de contrecarrer les attaques. Les raids ont fait monter les tensions dans la région et ont été accueillis par une série d’attaques par balles palestiniennes qui ont tué 19 personnes en Israël au printemps.

Les raids, les affrontements qui ont suivi et les attaques ont tué plus de 125 Palestiniens cette année. L’armée israélienne affirme que la plupart des Palestiniens tués étaient des militants. Mais des jeunes lanceurs de pierres qui protestaient contre les incursions et d’autres non impliqués dans les affrontements ont également été tués.

Pendant ce temps, l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a déclaré que 2022 était sur le point d’être l’année la plus meurtrière pour les Palestiniens en Cisjordanie depuis que l’ONU a commencé à suivre les décès en 2005, et il a appelé à une action immédiate pour calmer “une situation explosive” et déplacer vers la reprise des négociations israélo-palestiniennes.

Au cours du mois dernier, l’envoyé a déclaré que 32 Palestiniens, dont six enfants, avaient été tués par les forces de sécurité israéliennes et 311 blessés lors de manifestations, d’affrontements, d’opérations de recherche et d’arrestation, d’attaques et d’attaques présumées contre des Israéliens.

Au cours de la même période, deux membres des forces israéliennes ont été tués et 25 civils israéliens ont été blessés par des Palestiniens lors d’attaques à l’arme à feu, d’affrontements, de jets de pierres et de cocktails Molotov et d’autres incidents, a déclaré l’envoyé du Wennesland au Conseil de sécurité de l’ONU.

Israël a occupé la Cisjordanie lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967. Les Palestiniens veulent le territoire avec la bande de Gaza pour un futur État, avec une capitale à Jérusalem-Est. Les pourparlers de paix entre les deux parties se sont interrompus il y a plus d’une décennie.