Actualité culturelle | News 24

Un musée espagnol restitue à la Pologne 2 tableaux pillés par les nazis

Commenter

MADRID – Un musée du nord-ouest de l’Espagne a rendu mercredi deux peintures du XVe siècle à des responsables polonais après qu’il a été déterminé qu’elles avaient été pillées par les forces allemandes nazies pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les peintures « Mater Dolorosa » (Mère des Douleurs) et « Ecce Homo » ont été remises à une délégation du ministère polonais de la Culture. Selon le musée espagnol de Pontevedra, les œuvres auraient été à l’origine de Dieric Bouts, un maître flamand né dans la ville néerlandaise de Haarlem, mais elles sont maintenant attribuées à un membre de son école ou de son groupe.

Le musée a déclaré qu’en 2020, des responsables polonais lui avaient fait savoir que les œuvres avaient été pillées par les forces nazies. Le musée a rapidement décidé de les renvoyer en Pologne, mais l’obtention des autorisations officielles pour le transfert l’avait retardé jusqu’à présent.

Les forces nazies ont volé les œuvres de la collection Czartoryski à Gołuchów lorsque la ville a été occupée par l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, ont déclaré des responsables polonais. Ils sont apparus à Madrid en 1973 et se trouvaient au musée de Pontevedra depuis 1994, date à laquelle ils ont été acquis parmi plus de 300 œuvres achetées à un collectionneur privé espagnol.

La Pologne a vu une grande partie de son patrimoine culturel détruit ou pillé pendant l’occupation du pays en temps de guerre par l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, et environ 500 000 objets sont toujours portés disparus.

Le pays a fait des efforts pour récupérer autant que possible. Le ministère de la Culture a une division pour l’art pillé qui tient une base de données des objets manquants et parcourt les collections et les ventes aux enchères étrangères. Lorsqu’ils localisent un tableau, un livre ou un autre objet polonais pillé, ils en informent les responsables de l’application des lois de ce pays.

L’écrivain AP Vanessa Gera à Varsovie a contribué à ce rapport.

Articles similaires