News

Un missile frappe le centre de Kaboul tuant 8 personnes

Aucun groupe n’a revendiqué l’attaque de samedi et les talibans ont publié une déclaration niant toute implication. Dans le groupe un tweet a déclaré qu’il n’autorisait pas “les grèves arbitraires dans les zones peuplées”.

Les précédentes attaques de missiles à Kaboul ont visé le palais présidentiel et d’autres bâtiments gouvernementaux.

Le ministère afghan de l’Intérieur a déclaré qu’à l’heure de pointe de samedi matin, 24 missiles ont été tirés depuis deux véhicules au centre de Kaboul. La plupart des missiles ont touché des zones résidentielles de la capitale, a indiqué le ministère, et toutes les victimes étaient des civils. Un missile a frappé l’ambassade d’Iran, causant des dégâts mais aucune victime, a déclaré un tweet de l’ambassade.

Une vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux les conséquences de la roquette qui a frappé une école à Kaboul. On pouvait entendre des foules d’étudiants hurler, s’enfuyant dans une rue étroite loin de l’explosion.

«J’ai entendu boom, au moins quatre, puis j’ai entendu les voisins crier», a déclaré Ahmad Farid Amiri, le propriétaire d’une boulangerie dans le centre de Kaboul. L’un des missiles a touché sa fourgonnette de boulangerie, blessant trois employés. «C’était un incident horrible», a-t-il déclaré.

Depuis que les talibans ont signé un accord de paix avec les États-Unis en février, les bombardements à grande échelle revendiqués par le groupe ne secouent plus régulièrement Kaboul. Mais la capitale et d’autres régions de l’Afghanistan ont connu une recrudescence d’autres types d’attaques par des militants – à la fois par les talibans et par l’État islamique rival – telles que des fusillades de masse et des assassinats ciblés.

Les combattants talibans ont mené une série d’offensives dans le sud de l’Afghanistan ces dernières semaines et les militants du nord se sont rapprochés à plusieurs reprises de la capitale provinciale de Kunduz. Et au début du mois, des hommes armés ont pris d’assaut l’université de Kaboul, tuant au moins 22 personnes. Cette attaque a été revendiquée par l’État islamique.

L’attaque de samedi intervient également deux jours avant une grande conférence des donateurs pour l’Afghanistan à Genève. L’Afghanistan continue de dépendre fortement de l’aide étrangère pour fournir des services de base aux civils et assurer le fonctionnement des forces de sécurité du pays. Les donateurs devraient promettre moins d’aide cette année en raison de l’incertitude entourant les négociations de paix.

Depuis les pourparlers de Doha qui ont débuté en septembre, les deux parties ont eu du mal à s’entendre sur les règles de base qui leur permettraient de continuer à discuter des questions de fond. Le but des pourparlers est de s’entendre sur un gouvernement qui partage le pouvoir, mais on ne sait pas quelle forme ce gouvernement prendra et si les gains réalisés au cours des 19 dernières années dans les domaines des libertés civiles et des droits de l’homme seront protégés. .

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Pop Up