ISLAMABAD (AP) – Le ministre pakistanais de l’Intérieur a affirmé samedi que l’ancien Premier ministre du pays, Imran Khan, qui dirige un convoi de milliers de partisans de l’opposition vers Islamabad, envisageait d’utiliser sa marche pour répandre “la violence et le chaos”.

S’adressant à des journalistes dans la capitale pakistanaise, le ministre de l’Intérieur Rana Sanaullah, a présenté comme preuve de son affirmation une cassette audio avec une discussion – prétendument entre Ali Amin Gandapur, un proche collaborateur de Khan, et une personne non identifiée – sur “l’organisation d’armes et d’hommes” près d’Islamabad .

L’enregistrement et l’affirmation de Sanuallah n’ont pas pu être vérifiés de manière indépendante. Khan, qui est sur la route menant ses partisans vers Islamabad, n’a pas immédiatement réagi aux allégations.

Le convoi de Khan est parti vendredi de la ville orientale de Lahore. Il s’est arrêté samedi dans la ville voisine de Shahdara en banlieue et devait atteindre Islamabad la semaine prochaine.

Évincé lors d’un vote de censure au Parlement en avril, Khan a allégué que son éviction était un complot orchestré par son successeur, le Premier ministre Shahbaz Sharif, et les États-Unis – des affirmations que le nouveau Premier ministre et Washington ont démenties.

Pourtant, Khan – une ancienne star du cricket et héros national du sport devenu politicien islamiste – reste une figure extrêmement populaire et le voyage de son convoi, qui devrait se terminer par un rassemblement à durée indéterminée à Islamabad, pourrait présenter un défi important pour la nouvelle administration. Le rassemblement pourrait également devenir violent si la police intervient pour disperser les partisans de Khan.

Khan a également été un critique virulent du puissant établissement militaire pakistanais pour avoir soutenu l’actuel Sharif.

“Nous ne sommes pas des moutons, nous sommes des êtres humains et personne n’acceptera ni les voleurs importés de ce gouvernement ni leurs facilitateurs”, a lancé Khan lors d’un discours samedi.

Khan a promis que sa marche resterait pacifique et viserait à forcer Sharif à convoquer des élections anticipées. Le Premier ministre a refusé à plusieurs reprises, affirmant que les élections législatives auront lieu comme prévu en 2023.

Le ministre de l’Intérieur a insisté sur le fait que les véritables intentions de Khan étaient violentes. “La longue marche n’est qu’un prétexte, et en fait il vise à créer des divisions et à détruire le pays”, a déclaré Sanuallah.

Le ministre a en outre affirmé que les hommes de Khan accumulaient des armes et avaient l’intention de “créer un affrontement avec les forces de l’ordre” afin de blâmer le gouvernement. Il a en outre déclaré que Gandapur, l’assistant de Khan de l’enregistrement audio, aurait été arrêté s’il était à Islamabad, mais qu’il se trouve dans la province éloignée du nord-ouest de Khyber Pakhtunkhwa.

“La nation doit comprendre que cet homme veut semer la violence et le chaos”, a ajouté Sanuallah et a promis que le gouvernement remplirait sa responsabilité de protéger la capitale pakistanaise et ses habitants.

“Personne ne devrait s’opposer lorsque nous prenons des mesures sévères contre eux”, a-t-il déclaré à propos du convoi de Khan. “Leur plan pour créer le chaos échouera.”

Zarar Khan, L’Associated Press