Skip to content

Le mouvement Houthi soutenu par l’Iran au Yémen a annoncé la mort de son ministre de la Jeunesse et des Sports, qui a été abattu dans la capitale Sanaa ce week-end, accusant des «éléments criminels» de la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite pour son assassinat.

La famille de Hassan Zaid a confirmé que le ministre était décédé à l’hôpital des suites de blessures par balle après que des assaillants aient ouvert le feu sur sa voiture près de la partie de la ville où se trouvent les ambassades.

La fille de Zaid conduisait la voiture à l’époque et aurait été grièvement blessée lors de la fusillade. Elle est actuellement traitée à l’hôpital.

Aussi sur rt.com

Le plus grand échange de prisonniers de la guerre au Yémen: plus de 1000 personnes échangées entre le gouvernement du Yémen soutenu par l’Arabie saoudite et les rebelles houthis

Le mouvement Houthi a déclaré le “assassinat” partie d’un “Complot pour cibler les personnalités nationales” et a accusé la coalition dirigée par l’Arabie saoudite d’être derrière le meurtre. La coalition dirigée par l’Arabie saoudite n’a pas répondu à l’accusation et personne n’a assumé la responsabilité de la fusillade au moment de la rédaction du présent rapport.

Le chef politique yéménite Mahdi al-Mashat a promis de «Arrêter les auteurs dès que possible afin de contrecarrer les plans criminels visant à déstabiliser la sécurité.» 

Zaid était une figure de l’opposition sous le règne de l’ancien président déchu, Ali Abdullah Saleh. En 2014, il rejoint le mouvement Houthi suite à sa prise de Sanaa.

Ce n’est pas le premier meurtre d’un haut responsable houthi. L’année dernière, Ibrahim Badreddin Al Houthi, le frère du chef houthi, a été assassiné dans une maison près de Sanaa. En 2018, les frappes aériennes de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite contre Hodeidah ont tué Saleh al-Sammad, alors président du Conseil politique suprême du Yémen.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!