Dernières Nouvelles | News 24

Un important barrage de roquettes tiré sur le nord d’Israël, causant des dégâts mais aucun blessé

Un barrage d’une vingtaine de roquettes a été lancé depuis le Liban vers le nord d’Israël peu avant minuit vendredi et samedi, causant des dégâts, mais aucun blessé, a indiqué l’armée.

Plusieurs roquettes ont frappé les communautés de Manara et Dovev.

En réponse, les Forces de défense israéliennes ont déclaré avoir bombardé les sites de lancement.

En outre, une « cible aérienne suspecte » a été interceptée par les défenses aériennes au-dessus de la communauté nord de Dishon, a indiqué l’armée, la deuxième interception de ce type de la journée.

Le barrage a eu lieu après que des avions de combat ont frappé plusieurs bâtiments utilisés par le Hezbollah à Souaneh et Ramyeh, au sud du Liban, ainsi que d’autres infrastructures à Yaroun, et qu’un drone a frappé un groupe de membres du Hezbollah à Hanine, a ajouté l’armée.

L’armée israélienne a publié des images de cette dernière frappe.

Il s’agit du dernier épisode d’un conflit frontalier latent qui menace de dégénérer en une guerre à grande échelle.

Le barrage au nord marquait la deuxième fois que la communauté frontalière nord de Dovev était touchée vendredi.

Auparavant, une maison avait été endommagée lorsqu’elle avait été touchée par un missile guidé antichar lancé par le Hezbollah depuis le Liban, ont indiqué les autorités locales.

Dovev a été en grande partie évacué au milieu des attaques quotidiennes du Hezbollah.

Plus tôt dans la journée, des avions de combat israéliens ont également frappé un bâtiment à Maroun al-Ras, au sud du Liban, où un groupe de membres du Hezbollah a été repéré par des soldats de la 869e unité de collecte de renseignements de combat, a indiqué l’armée israélienne.

En outre, Tsahal a déclaré avoir frappé un autre bâtiment utilisé par le groupe terroriste à Mays al-Jabal.

Depuis le 8 octobre, les forces dirigées par le Hezbollah ont attaqué presque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière, le groupe affirmant qu’il le faisait pour soutenir Gaza dans le contexte de la guerre qui s’y est ouverte avec la croix massive du groupe terroriste palestinien Hamas. -attaque frontalière contre Israël qui a tué 1 200 personnes, pour la plupart des civils.

Jusqu’à présent, les escarmouches à la frontière ont entraîné la mort de 10 civils du côté israélien, ainsi que la mort de 14 soldats et réservistes de Tsahal. Il y a également eu plusieurs attaques depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a nommé 313 membres qui ont été tués par Israël lors des escarmouches en cours, principalement au Liban mais aussi en Syrie. Au Liban, 61 autres membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et des dizaines de civils ont été tués.

La violence fait craindre un conflit généralisé entre le Hezbollah et Israël, qui est entré en guerre pour la dernière fois en 2006.


Source link